Michael Burry a liquidé l’intégralité de son portefeuille, et détient désormais qu’une seule action

Michael Burry

Après avoir qualifié la dernière débâcle boursière de « sottise » et affirmé – à juste titre – que l’économie américaine est confrontée à un crash épouvantable dans des tweets qu’il a ensuite supprimés.

Michael Burry gestionnaire de fonds spéculatifs et le fondateur du hedge fund Scion Capital a liquidé l’ensemble de son portefeuille qui, au 31 mars, avait une valeur notionnelle d’un peu plus de 200 millions de dollars (dont 35 millions de dollars de put notionnel AAPL), pour ne conserver qu’une seule action.

Michael Burry achète des actions de prison :

L’opérateur de prisons privées GEO Group, dans lequel il avait déjà investi mais s’était débarrassé de tous ses avoirs à la fin de l’année 2021, pour ne conserver qu’une modeste position de 3. 3 millions de dollars, soit une position de 501 000 actions, au 30 juin. Plus important encore, et comme le montre le graphique ci-dessous, c’est le seul titre qu’il conservait à la fin du deuxième trimestre.

Michael Burry

La nouvelle selon laquelle Burry’s Scion ne détenait que des actions du Geo Group, basé à Boca Raton, en Floride, a fait bondir son action de 12 % à 7,68 dollars, portant à 14 % son gain depuis la fin du deuxième trimestre.

Entre autres, le fonds spéculatif a abandonné des positions telles qu’Alphabet, Meta Platforms, la société mère de Facebook, Bristol-Myers, et a également dénoué des options de vente Apple représentant une valeur notionnelle de 36 millions de dollars.

On ne sait pas quand, au cours du deuxième trimestre, Michael Burry a liquidé l’ensemble de son portefeuille. L’investisseur de 51 ans s’est fait connaître après avoir gagné un pari contre les prêts hypothécaires à l’approche de la crise financière de 2008 ; cet antilibéral au franc-parler est depuis devenu une figure culte sur les médias sociaux, avec des prédictions inquiétantes sur une récession imminente. Dans un tweet publié en mai, il a évoqué le spectre d’une crise similaire à celle d’il y a 14 ans.

Lire aussi :

Michael Burry, l’homme qui a prédit le krach de 2008 prévoit une nouvelle crise financière

 

« Si la Chine nous envahit, ce serait un désastre mondial »

La stratégie occidentale pour démanteler la Fédération de Russie