Polémique après les propos d’Alain Ducardonnet. « il n’y a pas strangulation. (…) si c’est vraiment un malabar comme ça a été décrit… Il y a sûrement quelque chose de pathologique ».

« Il n’y a pas de strangulation. Ce monsieur avait-il une maladie sous-jaçente ? » demande Alain Ducardonnet. La suite de la séquence est surréaliste: « il y a surement quelque chose de pathologique ».