Après avoir envoyé 200 militaires non-vaccinés aux Antilles, après que Macron soit venu avec 160 personnes le 25 juillet — depuis cette date, Papeete et Tahiti sont contaminées —, après la réquisition des stocks d’ivermectine en Martinique et en Guadeloupe, après la mise en scène du préfet Alexandre Rochatte qui donne ses consignes à la directrice de l’ARS :

« On adopte un ton grave et catastrophique ! » après avoir menti à un tel niveau, même le président de l’Assemblée de Guyane, Gabriel Serville, se demande si l’État ne raconte pas des mensonges sur la crise sanitaire. Après tout ça, Olivier Véran annonce maintenant que les Antillais non-vaccinés sont coupables des décès dans les hôpitaux et du confinement qu’il leur fait subir.

L’ignominie des propos du ministre, qui se veut successeur d’un Manuel Valls, va certainement en faire le plus détesté des deux. Mais ce qui va réjouir les lecteurs, c’est que nous connaissons le sort de ces petits capitaines qui pensent en être, mais finissent aux oubliettes comme Valls ou Najat Vallaud-Belkacem.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici