Olivier Véran évoque la possibilité d’un 3e confinement et recommande de ne pas fêter le Nouvel An

L’instauration d’un troisième confinement n’est pas exclue si la situation épidémique « devait s’aggraver », affirme le ministre de la Santé Olivier Véran au Journal du Dimanche, à l’occasion du lancement de la campagne de vaccination en France.

« Nous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure », souligne le ministre dans un entretien.

Les autorités redoutent l’arrivée d’une troisième vague de Covid-19 dans les semaines qui viennent, après les fêtes de fin d’année. D’autant plus que la circulation du virus est encore importante, avec « 15 000 contaminations détectées par jour en moyenne, alors qu’on était descendu à 11 000… », pointe M. Véran.

« L’objectif des 5 000 (cas de contamination par jour) s’éloigne. Et la pression sur le système de santé reste importante, avec 1 500 hospitalisations par jour, une tension qui baisse très peu en réanimation », souligne le ministre, qui se dit prêt à prendre « les mesures nécessaires, si la situation devait s’aggraver ».

Seulement 3 093 cas ont été enregistrés samedi avec la trêve de Noël et la fermeture des laboratoires. « Nous saurons vite si les rassemblements familiaux et festifs auront un impact », affirme M. Véran après une levée exceptionnelle du couvre-feu le 24 au soir pour permettre aux Français de se déplacer. Pour le Nouvel an, il conseille de ne pas le célébrer. « On ne peut pas, pour une soirée, prendre le risque de bloquer à nouveau le pays pendant des semaines ».

Olivier Véran s’est voulu tout aussi ferme quant à un éventuel troisième confinement si la situation épidémique « devait s’aggraver ». « Nous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure ».

Une « grave réaction allergique » au vaccin Moderna signalée pour la première fois aux États-Unis

Emmanuel Macron, le seul président à ne pas souhaiter un « joyeux Noël » ?