in

« On a l’impression de ne rien valoir » : des étudiants infirmiers travaillant dans des unités COVID-19 sont payés maximum 50 € la semaine

Considérés comme stagiaires, les étudiants infirmiers travaillent comme les autres dans les unités Covid-19 des hôpitaux français mais sont indemnisés à hauteur de 50 euros maximum par semaine.

À 23 ans, Mathieu, étudiant infirmier de troisième année, est mobilisé depuis trois semaines dans l’unité Covid-19 d’un hôpital du nord de la région parisienne. Il enchaîne les gardes de 12 heures, payées 1,42 euros de l’heure. « On a l’impression de ne rien valoir », témoigne Mathieu (le prénom a été changé) sur franceinfo, le 14 avril. Pour les étudiants de première et deuxième année, c’est encore moins (respectivement 0,80 et 1,08 euros de l’heure). Car dans les faits, ils sont pour l’instant considérés comme stagiaires.

>> Ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Dans un décret daté du 28 mars dernier, le gouvernement a prévu des rémunérations plus élevées en cas de réquisition des étudiants, mais ce n’est pas encore le cas. En attendant, les élèves infirmiers sont indemnisés, comme en temps normal. Sauf que les conditions dans lesquelles ils travaillent actuellement n’ont rien à voir avec des stages. « En temps normal, en stage, on est ajoutés à l’équipe, si on n’est pas là, cela ne doit rien changer au fonctionnement du service. On n’est pas du tout dans des conditions de stage normales qui nous permettraient d’apprendre notre travail correctement », explique Mathieu.

Une charge de travail de professionnel, une rémunération de stagiaire

Dans les faits, Mathieu fait un travail d’aide-soignant (pour lequel il est déjà diplômé, comme tous les étudiants infirmiers de deuxième et troisième année). Pour lui, être payé comme un stagiaire dans ces conditions, « c’est un sentiment d’humiliation »« On est envoyés en première ligne et on nous méprise. On a l’impression de ne rien valoir. C’est gentil de nous remercier, de nous dire que l’on est des héros, mais ce n’est pas cela qui nous fait vivre », dénonce Mathieu. Pour lui « cela exacerbe le sentiment que notre passion est exploitée contre nous »« On nous dit : t’as envie d’aider, ben tu le fais gratuitement, ou pour 50 euros par semaine ».

La suite sur France Info