Oskar Lafontaine demande que l’Europe se détache des États-Unis

Les dirigeants politiques de la coalition « Ampel » sont de « fidèles vassaux des États-Unis » !

Oskar Lafontaine a tenu des propos clairs dans une tribune publiée dans le Berliner Zeitung. L’ancien politicien de la SPD et de Die Linke y attire l’attention sur les dessous du conflit ukrainien, et plus précisément sur « l’image que les États-Unis ont d’eux-mêmes, à savoir qu’ils sont une nation élue qui prétend être et rester la seule puissance mondiale ».

Et au plus tard avec le coup d’État de Maïdan en 2014, les États-Unis auraient montré qu’ils n’étaient pas prêts à prendre en compte les intérêts de la Russie en matière de sécurité : « Ils ont mis en place un gouvernement fantoche pro-américain et ont tout fait pour intégrer les forces armées de l’Ukraine dans les structures de l’OTAN ». Lafontaine fait également référence à la crise de Cuba en 1962, lorsque les États-Unis ont risqué une guerre nucléaire en raison du déploiement de missiles nucléaires soviétiques à Cuba.

Lafontaine s’en prend durement à l’Allemagne, qui « n’est pas un pays souverain ». Pour l’homme de 78 ans, les dirigeants de la coalition « Ampel » comme le chancelier Scholz (SPD), la ministre des Affaires étrangères Baerbock et le ministre de l’Économie Habeck (tous deux membres du parti Die Grünen) ainsi que le ministre des Finances Lindner (FDP) sont de « fidèles vassaux des États-Unis », et le chef de la CDU Merz un « fidèle atlantiste ».

Lafontaine écrit que « la politique étrangère allemande nuit aux intérêts de notre pays et ne contribue pas à la paix en Europe ». Il demande que l’Europe se détache des États-Unis et joue un rôle de médiateur entre les puissances mondiales rivales. Selon lui, l’Allemagne et la France ont le potentiel pour mettre en place une politique étrangère et de sécurité européenne indépendante.

Pour conclure son intervention, Lafontaine pointe du doigt le grand bénéficiaire du conflit ukrainien et des sanctions contre la Russie, suicidaires pour l’Europe : « Les entreprises industrielles européennes sont en train de partir et de créer de nouvelles filiales aux États-Unis. De même, les énormes commandes pour l’industrie de l’armement américaine et les bénéfices exorbitants engrangés par l’industrie de la fracturation hydraulique américaine, nuisible à l’environnement, montrent de manière éclatante à qui profitent cette guerre et ces sanctions ».

source : Zur Zeit

via Euro-Synergies

 

Leave a Reply
  1. l’Allemagne est depuis 1945 le 51 ème états des USA et à toujours été ennemi de la France 1870,1914,1939, et maintenant guerre économique et le psychopathe de l’Elysée aux ordres du Pentagone fait amen c’est normal il n’a jamais aimé la France sic dit dans plusieurs discours a l’étranger

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

« La diffusion de l’ignorance est inquiétante »: Didier Raoult dresse un bilan de la crise Covid

21ème anniversaire du 11 septembre : La version officielle s’effondre comme …