in

Paris: Des reporters arrêtés par des policiers sans identification (pourtant obligatoire)

Gendarmes face protesters in front of the Cathedral of Bordeaux, southwestern France, during an anti-government demonstration called by the "Yellow Vest" (Gilets Jaunes) movement on January 12, 2019. - Thousands of anti-government demonstrators marched in cities across France on January 12 in a new round of "yellow vest" protests against the president, accused of ignoring the plight of millions of people struggling to make ends meet. (Photo by MEHDI FEDOUACH / AFP)

Les manifestations se poursuivent en ce 5 décembre pour protester contre la réforme des retraites, et la tension monte. À Paris, deux reporters ont été interpellés en marge des défilés, provoquant la colère de leurs collègues.

«Qu’est-ce qui motive ce contrôle? On aimerait récupérer notre collègue et ensuite on va aller bosser, vous par contre vous n’avez pas votre RIO.»

Les manifestations contre la réforme des retraites se poursuivent et les interpellations aussi. Selon la Préfecture de Police, les forces de l’ordre ont procédé à 9.350 contrôles et 71 interpellations, dont deux reporters à Paris, sans motif apparent. C’est un autre reporter qui a filmé le contrôle de police, demandant quel était le motif ainsi que de montrer son RIO, le numéro d’identification individuel des policiers, absent de leurs uniformes. Depuis le 1er janvier 2014, les fonctionnaires de police sont tenus de le porter afin de les identifier. Les policiers n’expliquent à aucun moment le motif du contrôle et finissent par interpeller le reporter qui filme la scène.

«LIBÉREZ NOS CAMARADES!» scandent la dizaine de reporters face au contrôle de police. Les membres du collectif Reporter en Colère, qui avait annoncé sa participation à la manifestation de ce 5 décembre, lèvent symboliquement leurs appareils photo et caméras en signe de soutien.

Source

Comments

0 comments

Grève de la police ? Castaner les rassure : ils ne seront pas touchés par la réforme !

[VIDEO] Des heurts en cours à Paris, un black block s’est formé dans le cortège du 5 décembre