in

Pas de déconfinement «avant de très, très longues semaines», selon Philippe Juvin

Interrogé par RTL, Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou a affirmé que la question du déconfinement ne se posait pas dans l’immédiat. Le spécialiste appelle néanmoins à réfléchir à l’après-crise.

Le déconfinement général ne devrait pas avoir lieu «avant de très, très longues semaines» a déclaré Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou, au micro de RTL ce samedi 11 avril. Alors qu’il avait d’abord tablé sur une période de confinement de deux mois minimum, le professeur Juvin estime désormais cette hypothèse «très optimiste».

«L’OMS a déclaré que le confinement ne devait pas être levé, parce que si vous levez brutalement le confinement, on aura 15 jours plus tard une augmentation massive des patients en réanimation. Le déconfinement doit arriver tardivement, il doit arriver par vagues. Peut-être en libérant d’abord les plus jeunes», a-t-il ainsi déclaré sur RTL.

Le médecin a également précisé qu’un certain nombre de conditions devaient être remplies pour envisager un déconfinement. Il préconise en particulier l’augmentation du nombre de lits disponibles en réanimation, l’octroi de masques à l’ensemble de la population,   voire le recours à l’intelligence artificielle pour «identifier très vite les clusters» qui pourraient se reformer.

Réfléchir à l’après-crise

Au micro de RTL, le professeur Juvin a également invité à se projeter dans l’après-crise, pour éviter de réitérer les erreurs commises dans la gestion de l’épidémie. Appelant à repenser le système de santé, il a insisté sur une meilleure articulation entre médecine de ville et médecine hospitalière, ainsi que sur la suppression des échelons administratifs au sein des hôpitaux, en vue de «recentrer les soignants sur leur métier».

Il a également estimé que toutes les politiques économiques réalisées depuis vingt ans ont été de «rabot».

«Ceux qui conseillent ceux qui nous gouvernent, ont une vision extrêmement technocratique et bureaucratique. Ils ne se posent pas la question de la réalité des soins. L’absence de vision médicale est un vrai sujet», a-t-il affirmé sur RTL.

643 morts supplémentaires en France

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a fait un nouveau point sur la situation du coronavirus en France. 353 patients sont décédés en milieu hospitalier ces dernières 24 heures et 290 décès ont été recensés dans les Ehpad. Au total, 13 832 morts sont à déplorer depuis le début de l’épidémie.

En outre, 6883 patients se trouvent dans un état grave en réanimation, soit 121 de moins que la veille, malgré que 255 nouveaux patients ont été admis dans ces services. 33% de ces 6883 patients ont moins de 60 ans.

Actuellement, 31 320 personnes sont hospitalisées. La France compte 93 790 cas confirmés de Covid-19 depuis le début de l’épidémie.

Source