Julian Assange
in

Plus de 100 médecins s’inquiètent de l’état de santé de Julian Assange, détenu à Londres

Un groupe de plus de 100 médecins ont demandé lundi au gouvernement australien à mettre fin à son « refus d’agir » dans le cas de Julian Assange et a insisté pour que le gouvernement britannique libère le fondateur de WikiLeaks de prison afin qu’il puisse être envoyé en toute sécurité dans un hôpital australien avant qu’il ne soit trop tard. »

Dans une lettre ouverte adressée à la ministre des Affaires étrangères Marise Payne, les médecins déclarent que « les droits humains les plus fondamentaux d’un citoyen australien sont déniés par le gouvernement britannique ».

Les experts médicaux internationaux, originaires de pays comme les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, ont appelé Payne à respecter son « obligation légale indéniable de protéger le citoyen contre les atteintes à ses droits humains fondamentaux, découlant des efforts américains pour extrader M. Assange pour du journalisme et des publications qui ont dénoncé des crimes de guerre américains.  »

Assange est à la prison de Belmarsh à Londres depuis avril, il risque une extradition vers les États-Unis pour des violations de la loi sur l’espionnage.

Son séjour à l’ambassade et à Belmarsh a conduit à « une négligence médicale et une santé fragile », ont déclaré les médecins, ajoutant qu’Assange continue de subir des tortures psychologiques dans la prison de Londres.

Ce n’est pas la première fois qu’un groupe de médecins sonne l’alarme sur la détérioration des conditions de santé d’Assange.

Julian Assange pourrait «mourir en prison sans soins urgents», préviennent des médecins

Dans une lettre envoyée le mois dernier au ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, et à la secrétaire d’État à l’ombre, Diane Abbott, le groupe a exprimé « de réelles inquiétudes, selon les preuves actuellement disponibles, que M. Assange pourrait mourir en prison ». Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a également accusé le gouvernement du Royaume-Uni de « mépris absolu pour les droits et l’intégrité de M. Assange ». En mai, Melzer a déclaré qu’Assange présentait « tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique ».

En complément de la nouvelle lettre, les médecins ont écrit qu’Assange est essentiellement coincé en attendant « impuissant tout ce que le gouvernement américain lui réserve » – ​​une situation « semblable à garder quelqu’un attaché pendant que son agresseur est entrain d’affûter des couteaux ».