in

Pour ce rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs et obéir à leurs lois ou partir

Le grand rabbin séfarade d’Israël Yitzhak Yosef a déclaré que les non-juifs ne devraient pas pouvoir vivre en Israël s’ils ne respectaient pas sept lois stipulées par le judaïsme, et ne se mettaient pas au service des juifs.

«Selon la loi juive, les gentils [non-juifs] ne devraient pas vivre sur la terre d’Israël», a déclaré le rabbin Yosef dans son sermon de samedi. «Si un gentil n’accepte pas d’adopter les sept lois noahides, nous devrions l’expulser vers Arabie Saoudite. Lorsque la véritable et totale rédemption s’accomplira, c’est ce que nous ferons», a-t-il ajouté.

Selon lui, la seule raison pour laquelle les non-juifs sont autorisés à vivre dans l’Etat juif est que le messie n’est pas encore arrivé. «Si nous étions intransigeants et si nous gouvernions, c’est ce que nous ferions. Mais le fait est que nous ne sommes pas fermes et que nous attendons le messie» a-t-il affirmé.

Le rabbin a aussi déclaré que les non-juifs qui obéiraient à ces lois – interdiction de l’idolâtrie, du blasphème, du meurtre, des relations sexuelles illicites, de voler, de manger de la chair issue d’un animal vivant, et l’obligation d’établir des tribunaux afin de faire respecter ces règles – pourraient être autorisés à rester à condition de servir les juifs.

Il y a deux semaines, dans un autre prêche, Yitzhak Yosef avait affirmé que les Israéliens devaient tuer les Palestiniens qui mènent des attaques au couteau sans craindre de représailles judiciaires. «Si un terroriste vient au-devant de vous avec un couteau, il vous est commandé [par la loi juive] de le tuer» avait-il déclaré, ajoutant qu’il ne fallait pas «s’inquiéter d’être traduit devant une cour de justice ou des ordres contradictoires venant d’officiers de l’armée».

Néanmoins, celui-ci a mis en garde contre le meurtre d’assaillants ne représentant plus de danger, arguant que seul le messie pourrait décider de le mettre à mort.

Via : RT

Neuralink : Le cerveau connecté testé dès l’an prochain, selon Musk

Élysée

L’Élysée a dépensé 5,6 millions de plus que prévu en 2018