in

Pour Greta Thunberg, la crise climatique est liée aux systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux

Alors que la COP25 débute samedi à Madrid, Greta Thunberg et deux autres militantes écologistes ont publié une tribune, relayée par Le Temps, dans laquelle elles critiquent l’inaction des dirigeants politiques et dénoncent une énième cause du réchauffement climatique.

Contre les dirigeants et les « profiteurs »

Ainsi, pour les trois signataires, « la crise climatique ne concerne pas seulement l’environnement ». C’est aussi une « crise des droits de l’homme, de la justice et de la volonté politique »« Des systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée », estiment-elles… sans aucun argument pour étayer leur propos. « Nous devons les démanteler », insistent les militantes, en expliquant que « les dirigeants politiques ne peuvent plus fuir leurs responsabilités ». Dans cette même tribune, les trois activistes appellent à renouveler la grève du climat. « D’innombrables négociations ont débouché sur des accords, très médiatisés, mais vides, en fin de compte, car les gouvernements qui les ont signés sont ceux qui autorisent les compagnies d’hydrocarbures à forer pour extraire toujours plus de pétrole et de gaz, et brûler notre avenir à leur profit », fustigent-elles, portant aussi l’anathème sur « les profiteurs » qui « continuent d’exploiter les ressources de notre planète et de détruire les écosystèmes dans leur quête de profits rapides ».

« les scientifiques » qui « sonnent l’alarme »« La science s’écrie qu’il est urgent d’agir, et pourtant nos dirigeants osent l’ignorer », fulminent-elles.

Source

Comments

0 comments

Fleuves et rivières de France: 100 % des prélèvements d’eau effectués contiennent des microplastiques

Un homme mange la banane scotchée au mur à 120 000 dollars (VIDEO)