in

Pour président du Medef, les français vont devoir « travailler un peu plus » afin de relancer l’économie

Geoffroy Roux de Bezieux, président du Medef, estime qu’il faudra se poser la question « du temps de travail, des jours fériés et des congés payés » pour accompagner la reprise économique, une fois l’épidémie du virus Covid-19 terminée.

La crise sanitaire du coronavirus, qui touche la France depuis mars 2020, a également infecté son économie. La croissance française a chuté de 6 % au premier trimestre 2020, conséquence de la pandémie et de la mise en place des mesures de confinement, depuis mardi 17 mars 2020. Une récession sans précédent.

Geoffroy Roux de Bezieux, président du Mouvement des entreprises de France (Medef), estime, dans une interview publiée samedi 11 avril 2020, chez nos confrères du Figaro , qu’il faudra se poser la question « du temps de travail, des jours fériés et des congés payés » pour accompagner la reprise économique, lorsque la crise engendrée par l’épidémie de coronavirus sera terminée.

« L’important, c’est de remettre la machine économique en marche et de reproduire de la richesse en masse, pour tenter d’effacer, dès 2021, les pertes de croissance de 2020 », déclare le président de la première organisation patronale française.

« Se poser la question, tôt ou tard, du temps de travail, des jours fériés et des congés payés »

« C’est la création de richesses qui permettra d’augmenter l’assiette des impôts et donc les recettes, et ainsi de rembourser la dette accumulée pendant la crise », ajoute-t-il.

« Ensuite, il faudra bien se poser la question, tôt ou tard, du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire », juge le patron des patrons.

L’épidémie du virus Covid-19, apparue en Chine en décembre 2019 avant de se propager dans plus de 200 pays, a fait plus de 13 000 morts en France où elle a provoqué, comme dans de nombreux autres pays, un choc économique avec un effondrement historique prévu de 6 % du PIB en 2020.

Face à ce qui serait la pire récession enregistrée dans l’Hexagone depuis 1945, le gouvernement a annoncé, vendredi 10 avril 2020, que le plan de soutien à l’économie serait porté à 100 milliards d’euros contre 45 milliards initialement prévus, en additionnant la totalité des mesures budgétaires et de trésorerie en faveur des entreprises.

Source : ouest-france