Poutine : Le risque d’une guerre nucléaire augmente

Poutine nucléaire

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine a fait le point sur la guerre en public lors d’une séance télévisée du Conseil des droits de l’homme. Selon au moins un média régional indépendant, les questions posées par les responsables du Kremlin étaient étroitement contrôlées.

Parmi les sujets les plus importants qu’il a abordés en rapport avec l' »opération militaire spéciale » menée en Ukraine depuis maintenant dix mois, citons les plans futurs de mobilisation plus large et la perspective de déploiement de moyens nucléaires. Sur ce dernier point, M. Poutine s’en est pris aux États-Unis et à l’OTAN, déclarant que « la Russie n’a pas d’armes nucléaires tactiques dans d’autres pays, contrairement aux États-Unis ».

Il faisait ainsi référence au fait que certains membres de l’OTAN en Europe, y compris jusqu’en Turquie, accueillent de nombreuses armes nucléaires tactiques américaines dans le cadre du parapluie de défense de l’OTAN. « Nos forces nucléaires sont dans un état plus avancé que n’importe quel autre pays du monde », s’est-il vanté à un moment donné.

Poutine : « Nous avons les armes les plus avancées, mais nous ne voulons pas les brandir ».

Il est important de noter que, compte tenu de l’augmentation de la quantité d’armes fournies par les États-Unis et l’OTAN aux forces ukrainiennes, qui ont récemment transféré des missiles de plus en plus sophistiqués et de plus longue portée, M. Poutine a averti que « le risque de guerre nucléaire dans le monde augmente ».

Il a également profité de l’occasion pour réaffirmer la doctrine nucléaire « défensive » de la Russie, en soulignant que les armes nucléaires seraient envisagées comme une réponse à une attaque contre le territoire russe, tout en déclarant qu’il est prêt à défendre le territoire russe « en utilisant tous les moyens disponibles ».

Selon une traduction des propos de Poutine dans Sky News :

« Nous n’avons pas parlé de l’utilisation d’armes nucléaires ». Puis, il a déclaré : « La Russie n’est pas devenue folle. »

« Nous avons les armes les plus avancées, mais nous ne voulons pas les brandir ».

Mais en s’en prenant aux déploiements nucléaires de Washington en Europe, il a semblé suggérer que c’est précisément la partie américaine qui fait le coup de sabre nucléaire.

« Oui, nous le ferons de différentes manières et par différents moyens. Tout d’abord, bien sûr, nous nous concentrerons sur les moyens pacifiques, mais si rien d’autre ne subsiste, nous nous défendrons avec tous les moyens à notre disposition », a déclaré M. Poutine.

Les grands médias occidentaux vont plus que probablement interpréter ces commentaires comme une nouvelle « menace » selon laquelle la Russie est prête à mener une attaque nucléaire si elle est acculée en Ukraine. Pourtant, comme la fois précédente où il a fait des déclarations similaires, le dirigeant russe a en fait expliqué la nature défensive de la politique nucléaire officielle du pays contre les menaces « existentielles » pour le territoire russe.