Prenant acte d’un vote défavorable, Elon Musk annonce son départ prochain de la tête de Twitter

Après avoir sondé les utilisateurs du réseau social, qui ont voté contre son maintien comme dirigeant de la plateforme, le milliardaire a annoncé se mettre en quête d’un successeur. La situation financière de l’entreprise reste difficile.

Elon Musk a annoncé le 20 décembre sur Twitter son intention de quitter la tête du réseau social dès lors qu’il aura «trouvé quelqu’un d’assez fou» pour le remplacer, précisant qu’il consacrerait son énergie aux «équipes logiciel et serveurs» une fois que ce successeur aura été nommé.

Le propriétaire de la plateforme réagissait au résultat du sondage qu’il avait lui-même initié la veille sur Twitter, demandant s’il devait se retirer de la tête de l’entreprise ou non. Environ 57% des 17 millions de votant avaient répondu par l’affirmative, un résultat dont Elon Musk a finalement pris acte.

«Intéressant, cela semble suggérer que nous avons bien un léger problème de bots sur Twitter» avait d’abord réagi le propriétaire de la plateforme en réponse au tweet d’un institut de sondage présentant ses propres résultats – différents du sondage en ligne – estimant également que tout nouveau sondage devrait désormais être réservé aux utilisateurs payants de Twitter.

Un peu plus tôt, Elon Musk avait en effet retweeté le résultat d’une enquête d’opinion réalisée par l’institut HarrisX, auprès de son propre échantillon d’utilisateurs de la plateforme, et qui donnait 61% des personnes interrogées en faveur de son maintien au poste de directeur général.

Plusieurs médias américains avaient de leur côté assuré qu’Elon Musk s’était mis en quête d’un remplaçant, citant des sources anonymes, allégations que le propriétaire de Twitter avait alors rejetées par une simple émoticône moqueuse postée sur son réseau social.

Dans le passé, l’homme d’affaires s’était déjà appuyé sur des sondages pour soutenir certaines de ses décisions faisant débat, telles que la réactivation du compte de l’ancien président américain Donald Trump, ainsi que d’autres utilisateurs ayant été suspendus. «Vox Populi, Vox Dei», avait-il commenté après qu’une majorité d’utilisateurs s’était prononcée pour le retour de Donald Trump.

 

Sourcert