De nombreux anti-vax accusant les fabricants de vaccins contre le Covid d’être corrompus, François Asselineau rappelle que Pfizer a, par le passé, financé de manière occulte le Parti socialiste français. Et les amendes payées par le géant américain dans le cadre de plusieurs procès attestent de ses pratiques douteuses.

Alors que l’un des principaux fabricants de vaccin anti-Covid, Pfizer, procède à une hausse des prix sur ses produits en pleine pandémie, François Asselineau évoque sur Twitter «une longue histoire de corruption et d’escroquerie» du laboratoire, pointant non seulement de nombreux procès visant l’entreprise américaine, mais aussi son financement occulte de la politique française.

Un financement notamment révélé par l’ancien ministre délégué au Budget sous François Hollande, Jérôme Cahuzac, en 2016. Interrogé lors de son procès pour fraude fiscale au sujet des versements du laboratoire sur un compte ouvert en Suisse en 1992, M.Cahuzac reconnaît alors qu’en 1993 «deux versements des laboratoires Pfizer» ont été faits au profit du financement politique.

Selon lui, le compte était destiné à financer les activités politiques de l’ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard.

«L’argent ne pouvait pas venir des comptes officiels du laboratoire», ajoute Jérôme Cahuzac lors de son procès en septembre 2016, cité par Europe 1.

Ainsi, l’homme politique confirme que le colosse pharmaceutique américain, et aujourd’hui principal bénéficiaire de la vaccination massive contre le Covid-19, a financé le Parti socialiste français dans les années 1990.

Source