Quand François Hollande était fier d’armer les rebelles « modérés » syriens