Qu’est-ce que le « Grand Reset » et que veulent réellement les globalistes ?

J’ai entendu pour la première fois l’expression « Grand Reset » en 2014. Christine Lagarde, qui était à la tête du FMI à l’époque, devenait soudainement très virulente au sujet de la centralisation globale. Il s’agissait d’un programme qui n’était généralement murmuré que dans les coins sombres des livres blancs institutionnels et les réunions secrètes des élites bancaires, mais maintenant ces personnes devenaient plutôt bruyantes à ce sujet.

Lagarde a répondu à des questions au Forum économique global et la notion de « reset » a été délibérément évoquée ; les implications du projet sont vagues, mais il s’agit essentiellement d’un changement radical des modèles économiques, sociaux et politiques actuels du monde vers un système centralisé et intégré au niveau global – un « nouvel ordre mondial », si vous voulez…

Il est important de se rappeler que nous venions juste de traverser les flammes d’un effondrement international du crédit qui avait commencé en 2008 et qui avait continué à provoquer des incertitudes sur les marchés pendant des années. Les banques centrales avaient injecté des dizaines de milliers de milliards de dollars de mesures de relance dans le système, juste pour le maintenir en vie. Certains d’entre nous, dans les médias alternatifs, pensaient que ces actions n’étaient pas destinées à sauver l’économie, mais seulement à la zombifier par la dévaluation de la monnaie et l’inflation. Peu de temps après, cette création zombie se retournerait contre nous et tenterait de nous dévorer vivants, et seuls les banquiers centraux savaient exactement quand cela se produirait.

Considérez le krach de 2008 comme l’étape 1 du programme de réinitialisation ; les globalistes commençaient à prendre confiance et étaient prêts à dévoiler leurs plans au public.

La discussion de Lagarde au WEF s’est également tenue à peu près au moment où Klaus Schwab présentait son concept de 4e révolution industrielle, qui correspond un peu plus à ce que veulent vraiment les globalistes. Il parle avec enthousiasme d’une véritable « société globale » et d’un monde dans lequel les gens se tournent vers l’intelligence artificielle (IA) comme meilleur moyen de gouvernance. Il suggère même que les lois seront un jour dictées par l’IA et que les tribunaux seront dirigés par des robots.

Bien sûr, il admet que cela ne peut pas se produire sans une période de déconstruction économique dans laquelle les gens et les gouvernements devront choisir entre le sacrifice au nom de la stabilité ou la douleur continue au nom du maintien des « anciennes méthodes. » Voyez les choses de cette façon : La grande réinitialisation est l’action ou le chaos, et la 4ème Révolution industrielle est le résultat escompté ou « l’ordre » planifié. En d’autres termes, c’est un nouvel ordre créé à partir d’un chaos artificiel.

Oui, cela ressemble à de la mauvaise science-fiction, mais n’oubliez pas que ce sont les personnes qui bénéficient de l’attention exclusive de nombre de nos dirigeants politiques et qu’elles côtoient les banquiers centraux de la Réserve fédérale. Je vais le répéter : Les partisans de la Grande Réinitialisation et de la 4ème Révolution industrielle, qui veulent complètement saper et reconstruire notre société et notre mode de vie, sont des partenaires proches de nos dirigeants nationaux et des banquiers mêmes qui pourraient forcer une telle réinitialisation à se produire par un effondrement délibéré.

Depuis de nombreuses années, les globalistes tentent de donner une nouvelle image à leur programme de Nouvel Ordre Mondial, et ils ont imaginé la Réinitialisation. Plutôt que d’être inoffensif, ce terme menace de bouleverser le système et d’effacer le passé. Lorsque vous « réinitialisez » quelque chose, cela revient généralement à zéro – une ardoise vierge que les ingénieurs peuvent utiliser pour réécrire le code et les fonctions. Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

Qu’est-ce que les globalistes VEULENT VRAIMENT ? Voici les détails, pour autant que je puisse les prouver ou les étayer par des preuves, de ce qu’est réellement la « Grande Réinitialisation » et des programmes qu’ils espèrent mettre en œuvre.

Une centralisation économique globale totale

Certaines personnes pourraient prétendre que nous avons déjà une centralisation économique globale, mais elles ne comprennent pas ce que cela signifie réellement. Alors que les banques centrales nationales sont toutes membres du FMI et de la Banque des règlements internationaux et reçoivent leurs ordres de ces institutions, ce que les globalistes veulent, c’est une gouvernance globale ouverte de la finance, probablement par le biais du FMI.

En d’autres termes, il ne leur suffit pas de manipuler secrètement les économies en utilisant les banques centrales nationales comme mandataires ; ce qu’ils veulent, c’est cesser de se cacher et apparaître au grand jour comme les dirigeants magnanimes qu’ils pensent être.

Le but ultime de la centralisation totale est d’effacer l’idée même de marchés libres et de permettre à une poignée de personnes de microgérer chaque aspect du commerce et des affaires. Il ne s’agit pas seulement d’influence, mais d’empire économique. Mais pour parvenir à une banque centrale globale, ils doivent d’abord mettre en œuvre un plan de monnaie unique.

Un système de monnaie numérique global unique

Le FMI parle d’utiliser son panier de droits de tirage spéciaux comme base d’une monnaie globale depuis des années (depuis au moins l’an 2000). Il y a une dizaine d’années, la Chine a commencé à s’endetter à hauteur de plusieurs milliers de milliards de dollars, simplement pour se qualifier en tant que membre du système des DTS, et le FMI a laissé entendre qu’au bout du compte, ce système deviendra numérique. Tout ce qu’il faut, c’est le bon type de crise pour inciter le public à se conformer.

Cela a été évident au plus fort des blocages liés à la pandémie de Covid et de la menace de catastrophe économique, lorsque les institutions globalistes ont commencé à suggérer que les DTS du FMI pourraient être utilisés comme un filet de sécurité pour les nations, avec des conditions bien sûr. Mais au-delà du stress de la pandémie, il y a une crise bien plus importante, à savoir la crise stagflationniste qui est à nos portes. Alors que de nombreuses monnaies nationales sont en déclin et que le statut de réserve globale du dollar est de plus en plus remis en question, je ne doute pas que les globalistes saisiront l’occasion pour proposer au public leur monnaie numérique comme solution.

Le nouveau système serait plutôt une monnaie fantôme pendant un certain temps. Les DTS seraient la colle ou le support tandis que les monnaies nationales resteraient en circulation jusqu’à ce que le cadre numérique devienne omniprésent. Le FMI et les personnes qui le soutiennent deviendraient la banque centrale globale de facto, avec le pouvoir de diriger le cours de toutes les économies nationales par le biais d’un mécanisme de monnaie unique.

Sur le plan micro-économique, chaque individu dépendrait désormais d’une monnaie numérique ou crypto-monnaie qui supprimerait toute confidentialité dans les échanges. Toutes les transactions seraient suivies, et de par la nature même de la technologie de la blockchain et du grand livre numérique, cela serait nécessaire. Les élites monétaires n’auraient pas à expliquer le suivi, tout ce qu’elles auraient à dire, c’est « C’est comme ça que la technologie fonctionne ; sans le grand livre, ça ne fonctionne pas. »

Un système de crédit social global

Le mal inhérent au globalisme est apparu clairement lors des récents confinements et de la violente poussée de tyrannie médicale. Malgré le fait que la crise de la Covid-19 n’avait qu’un taux médian de mortalité par infection de seulement 0,27% selon des dizaines d’études officielles, le contingent de politiciens et de dirigeants globaux du WEF écumait la bouche, proclamant que l’existence du virus de la Covid-19 leur donnait le droit de prendre le contrôle total de la vie des gens.

Klaus Schwab et le WEF ont joyeusement annoncé que la pandémie était le début de la « Grande Réinitialisation«  et de la 4ème Révolution industrielle, déclarant que la crise Covid présentait une « opportunité » parfaite pour le changement.

Les passeports vaccinaux ont heureusement été rejetés par de nombreux États rouges conservateurs des États-Unis, ce qui a entraîné le renversement complet de ces politiques dans la majeure partie du monde occidental. Nous avons été libres pendant des années alors que de nombreux États bleus et d’autres pays étaient confrontés à l’autoritarisme, ce qui a posé de nombreux problèmes aux globalistes. Il est difficile d’instaurer une dystopie médicale globale lorsque les gens du monde entier peuvent regarder les conservateurs américains et constater que nous vivons très bien sans contrôles.

Les passeports anti-vaccins doivent être considérés comme un premier pas vers quelque chose d’autre – le début d’un système de crédit social massif comme celui utilisé en Chine en ce moment. Si vous pensez que la culture de l’annulation est un cauchemar aujourd’hui, pensez seulement à ce qui se passerait si la foule collectiviste avait le pouvoir de lâcher une bombe de révision sur votre compte de crédit social et de vous déclarer intouchable ? Imaginez qu’elle ait le pouvoir de vous empêcher tout simplement de trouver un emploi, de faire vos courses dans les épiceries et même d’accéder à votre argent ? Sans votre conformité au collectif, l’accès aux nécessités normales de survie serait impossible.

C’est ce que veulent les globalistes, comme ils l’ont ouvertement admis au début de la « pandémie », et les passeports vaccinaux auraient été une introduction à cette horreur technocratique si les conservateurs n’avaient pas tenu bon.

Vous ne posséderez rien et serez heureux en 2030

L’« économie du partage » (également parfois référencée en parallèle au « capitalisme d’acteurs ») est un concept qui fait le tour du WEF depuis quelques années maintenant. Les médias ont tenté à tout bout de champ de répandre des mensonges et de la désinformation en prétendant que ce régime n’existe pas ; mais là encore, il est ouvertement admis.

L’économie de partage est essentiellement une économie communiste, mais distillée jusqu’à un minimalisme bizarre que même les personnes ayant vécu en Union soviétique n’ont pas eu à connaître. La structure est décrite comme une sorte de société communautaire dans laquelle les gens vivent dans des logements de type Section 8, avec des cuisines et des salles de bain communes, et presque aucune intimité. Tous les biens sont loués ou empruntés. Toutes les voitures sont empruntées et partagées, la plupart des transports sont des transports en commun, les articles personnels de base tels que les ordinateurs, les téléphones, et même les ustensiles de cuisine peuvent être des articles partagés ou empruntés. Comme le dit le WEF, vous ne posséderez rien.

En être heureux est une autre affaire

L’argument en faveur de ce type de société est bien sûr que le « changement climatique » et les faiblesses de l’économie de consommation exigent que nous réduisions notre niveau de vie à un niveau proche de zéro et que nous abandonnions l’idéal sacré de la propriété pour le bien de la planète.

Mettons de côté le fait que le réchauffement climatique basé sur le carbone est une farce. Selon la NOAA, les températures globales n’ont augmenté que d’un degré Celsius en l’espace d’un siècle. Il s’agit de données que les climatologues ont tenté de dissimuler ou d’occulter pendant des années, mais elles sont désormais connues de tous. Il n’y a aucune preuve du réchauffement climatique causé par l’homme. Aucune.

Les globalistes complotent pour utiliser l’environnementalisme comme excuse à la centralisation depuis au moins 1972, lorsque le Club de Rome a publié un traité intitulé « Les limites de la croissance ». Vingt ans plus tard, ils ont publié un livre intitulé « La première révolution globale ». Dans ce document, ils recommandent spécifiquement d’utiliser le réchauffement climatique comme véhicule :

En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pourrions nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine et autres, feraient l’affaire. Dans leur ensemble et leurs interactions, ces phénomènes constituent effectivement une menace commune qui doit être affrontée par tous ensemble. Mais en désignant ces dangers comme l’ennemi, nous tombons dans le piège, dont nous avons déjà averti nos lecteurs, à savoir confondre les symptômes avec les causes. Tous ces dangers sont dus à l’intervention de l’homme dans les processus naturels, et ce n’est qu’en changeant d’attitude et de comportement qu’on peut les surmonter. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.

La déclaration provient du chapitre 5 – Le vide, qui couvre leur position sur la nécessité d’un gouvernement global. La citation est relativement claire : il faut conjurer un ennemi commun pour inciter l’humanité à s’unir sous une seule bannière, et les élites voient dans la catastrophe environnementale, causée par l’humanité elle-même, la meilleure motivation possible.

Ils présentent la solution du concept d’économie partagée comme s’il s’agissait d’une idée nouvelle et audacieuse. Ce que les globalistes veulent en fin de compte pour leur Grande Réinitialisation, cependant, c’est un raz-de-marée à rebours de la liberté et de la prospérité individuelle à une très ancienne manière de faire les choses, semblable à l’ancien féodalisme. Vous devenez un paysan travaillant sur des terres appartenant aux élites, ou à l’État, et vous ne serez jamais autorisé à posséder ces terres.

La seule différence serait que dans un empire féodal du passé, les paysans ne pouvaient pas posséder de terres en raison du système de classes. Cette fois-ci, vous ne serez pas autorisé à posséder quoi que ce soit, y compris la terre, parce que vouloir posséder quoi que ce soit est « égoïste » et destructeur pour la planète.

Contrôle total de l’information

La vérité est une denrée rare de nos jours, mais elle est loin d’être aussi rare qu’elle le sera si ces élitistes obtiennent ce qu’ils veulent. Les globalistes sont beaucoup plus ouverts sur leur programme aujourd’hui qu’ils ne l’ont jamais été auparavant, et je soupçonne que c’est parce qu’ils croient qu’ils seront en mesure de réécrire l’histoire des événements d’aujourd’hui en toute impunité après le déroulement de la Réinitialisation. Ils pensent qu’ils posséderont le monde de l’information et qu’ils pourront modifier notre mémoire culturelle au fur et à mesure.

Les grands médias appellent tout cela « théorie du complot ». J’appelle cela la réalité de la conspiration. Il est difficile de nier les aveux ouvertement prononcés par les globalistes eux-mêmes, tout ce qu’ils peuvent faire est d’essayer de déformer l’information autant que possible pour garder le public sur la barrière de ce qui doit être fait, à savoir une purge des globalistes de notre pays et peut-être du monde entier.

Si nous ne le faisons pas, il arrivera un moment où l’on ne se souviendra plus de ce que je dis ici et où il n’y aura plus aucune preuve du plan de ce Reset. L’establishment aura éliminé toute notion de ce plan de l’histoire écrite, ne laissant qu’un récit fantaisiste sur la façon dont le monde s’est effondré et dont une petite organisation de globalistes « visionnaires » l’a sauvé de l’oubli grâce à une nouvelle religion de la centralisation.

source : Alt-Market

traduction Hervé pour Le Saker Francophone

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Onfray : « Ca me parait évident que Marine Le Pen n’est pas d’extrême-droite »

Mélenchon demande aux Français de « l’élire Premier Ministre » de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron