«Qu’est-ce qu’il est malin» : Trump évoque la stratégie de Poutine en Ukraine

L’ex-président américain a estimé que la crise ukrainienne ne se serait jamais produit sous sa mandature, et que son successeur Joe Biden a annoncé des sanctions «insignifiantes comparées à la prise d’un pays et de terres stratégiquement situées».

C’est un avis divergent dans le concert de critiques occidentales à l’encontre de Vladimir Poutine. L’ancien président américain Donald Trump a estimé le 22 février que la stratégie du leader russe dans la crise ukrainienne relevait du «génie», égratignant au passage la diplomatie de son successeur Joe Biden.

Invité du podcast The Clay Travis and Buck Sexton show, Donald Trump a commenté l’allocution de Vladimir Poutine le 21 février, lors de laquelle le président russe a déclaré reconnaître l’indépendance de deux républiques séparatistes d’Ukraine : «J’ai dit : « C’est du génie ».»

«Qu’est-ce qu’il est malin», a ajouté le milliardaire républicain, vantant au passage sa relation avec le dirigeant russe : «Je connais très bien Poutine, j’ai une bonne relation avec lui. Je l’apprécie, il m’apprécie. C’est un dur à cuire, il a un grand charme, beaucoup de fierté, et il aime son pays. Il agit un peu différemment à présent. Je pense qu’il voit une opportunité. Je savais qu’il avait toujours eu des vues sur l’Ukraine, j’en avais parlé avec lui. J’avais dit : « Tu ne peux pas le faire, tu ne vas pas le faire ». Mais je voyais bien qu’il le voulait», a développé Donald Trump.

L’ancien leader américain a aussi jugé que le dirigeant russe n’aurait jamais agi ainsi sous l’administration Trump : «Comment se fait-il qu’il n’y ait eu aucune invasion [de l’Ukraine par la Russie] sous l’administration Trump ? Alors qu’ils ont envahi, très sévèrement, pendant celle d’Obama, puis ils ont attendu, et ils envahissent à nouveau. Ceci ne se serait jamais produit pendant que nous étions au pouvoir. Posez-vous la question : pourquoi ceci ne se serait jamais produit sous l’administration Trump ?»

Dans un communiqué distinct le 22 février, Donald Trump, qui pourrait repartir dans la course à la Maison Blanche en 2024, a par ailleurs qualifié de «faibles» les sanctions adoptées pour le moment par l’administration Biden. Après de premières sanctions prudentes, visant spécifiquement les territoires séparatistes du Donbass, la Maison blanche a musclé sa riposte contre Moscou, dévoilant de nouvelles sanctions visant notamment le secteur bancaire russe. «Elles sont insignifiantes comparées à la prise d’un pays et de terres stratégiquement situées», a raillé l’ancien dirigeant. «Non seulement Poutine obtient ce qu’il a toujours voulu, mais il s’enrichit de plus en plus grâce à l’essor du pétrole et du gaz», a-t-il renchéri.

Source