Reconnaissance faciale, points de contrôle militaire et zone verte au coeur de Washington D.C

Les événements aux États-Unis évoluent vers une situation inédite offrant de nombreuses réminiscences avec les dictatures totalitaires décrites dans les romans de science-fiction des années 60 et 70.

La capitale fédérale Washington D.C. est actuellement quadrillée par l’armée et des points de contrôle militaires.

Officiellement, 21 000 soldats de la Garde Nationale ont été déployées rien qu’à Washington D.C. pour sécuriser l’investiture de Joe Biden.

Chose totalement impensable, le commandement militaire US vient de créer une GREEN ZONE ou zone verte interdite à l’intérieur de Washington D.C. ressemblant à la Zone verte de Baghdad. L’entrée de cette zone englobant le capitole, la Maison blanche et des bâtiments fédéraux est sévèrement réglementés par les militaires. La création d’une zone verte à Washington a suscité un déluge de commentaires en Irak où la plupart des éditorialistes n’ont pas manqué d’évoquer le Karma, l’effet boomerang, le transfert de la guerre du Moyen-Orient au coeur des États-Unis ou encore l’imminence d’une longue période de troubles sécuritaires sur le territoire de la première puissance militaire mondiale.

La République populaire de Chine a de son côté condamné ce qu’elle a qualifié comme la manifestation de l’extrême hypocrisie américaine après l’usage massif par les services de sécurités US de technologies de reconnaissance faciale à intelligence artificielle dont deux fournies par des sociétés chinoises dans la traque des protestataires américains. Washington avait pour habitude de condamner le recours de la police chinoise à ce type de technologie pour traquer des délinquants sociaux et des opposants politiques. Les médias chinois s’attardent depuis des jours sur la répression des manifestants aux États-Unis.

Ces derniers sont traqués et recherchés sur l’esemble du pays et des affiches du FBI où figurent leurs visages prolifèrent dans les villes.

Des protestataires ayant participé aux incidents du capitole ont été arrêtés. L’homme qui a consulté les trois laptops de Nancy Pelosi, la figure de proue du coup d’État en cours aux USA a été exécuté d’une balle dans le haut du thorax chez lui. Il aurait réussi à neutraliser l’un des codes d’accès à un fichier sensible avant de le transmettre à un destinataire inconnu.

Les services secrets US ont mis en garde contre des attentats à l’explosif et d’assauts armés dans une centaine de villes après la cérémonie d’investiture de Biden/Harris. Ce qui a contraint plusieurs États à mobiliser la garde Nationale.

Source

«Pour tout vaccin administré à un sujet de plus de 75 ans, on est effectivement dans du cobaye, ni plus ni moins»

«Liberté !» : une manifestation contre les restrictions sanitaires dégénère à Amsterdam