Révolution culturelle 2.0 : la lutte de la Chine contre la féminisation des hommes

Si l’on observe la jeunesse allemande et européenne, on constate de nombreux développements inquiétants: la féminisation de l’homme est omniprésente, les soi-disant « pop stars » deviennent des modèles individuels pour les adolescents. De plus en plus de jeunes se perdent dans les mondes virtuels des jeux vidéo, animés par le rêve de devenir une star du « sport électronique » ou un youtubeur connu et de gagner ainsi beaucoup d’argent. Ce style de vie matérialiste est la réalité d’un nombre croissant de jeunes – si l’on en croit les médias et les politiques occidentaux, il n’y a même pas d’alternative et fait partie d’un « développement individuel sain ». Mais la Chine prouve qu’il existe aussi une alternative.

Après que le parti communiste local a tenu en laisse le géant de la technologie Ali Baba (dont l’importance en République populaire est comparable à celle de Google en Occident), voici la prochaine étape de la révolution culturelle 2.0 : le président Xi Jinping appelle au rajeunissement national. Les influences d’une culture pop dégénérée venue du Japon et de la Corée du Sud, qui propage surtout des hommes dégingandés et efféminés comme modèles, sont une épine dans le pied des dirigeants communistes. Ceux-ci doivent désormais être bannis de la télévision, tout comme le culte des « célébrités vulgaires d’Internet » (comparable au blogueur allemand Rezo).

Parallèlement, le parti met un terme à l’industrie des jeux vidéo et n’autorise les moins de 18 ans à ne jouer que trois heures par semaine. Outre la censure des contenus non patriotiques, le gouvernement tente ainsi de lutter contre le phénomène croissant de la dépendance aux jeux vidéo. Face à la menace croissante de l’Occident, récemment renforcée par la création de l’alliance militaire AUKUS entre les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne, Pékin mise sur le renforcement de sa propre culture dans cette guerre hybride, qui passe aussi de plus en plus par Internet et la culture pop.

Au lieu de la folie décadente du gendérisme, il faut promouvoir « la culture traditionnelle chinoise, révolutionnaire et progressiste-socialiste ». Pékin a donc compris l’avertissement de la Russie, où l’analyste Leonid Savin, entre autres, a attiré l’attention sur ce phénomène, à savoir que la guerre contre les peuples libres de ce monde est également menée par le biais des médias, dont font partie Internet et les jeux vidéo. Par conséquent, la Chine veut protéger sa jeunesse des influences néfastes de l’Occident, non pas parce qu’elle veut asservir ses peuples, mais parce que l’Empire du Milieu a compris que sa souveraineté ne peut pas être défendue par des mauviettes efféminées, des matérialistes uniquement préoccupés par leur solde bancaire, des narcissiques en quête de gloire et des homosexuels.

Pour cela, il est indispensable de combattre la « culture pop » occidentale partout où cela est possible, et ce de préférence par la promotion et la redécouverte de sa propre culture et de ses propres traditions. Celui qui se réfère à sa propre tradition dans la lutte contre le mondialisme peut l’emporter. Mais ceux qui misent sur la culture de la mondialisation ne peuvent que périr.

source:http://euro-synergies.hautetfort.com/

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

[VIDEO] Michel Maffesoli : « Cette Tyrannie Sanitaire ne fait plus Vraiment Recette ! »

Le Dr Robert Sebbag bégaye quand Marie Estelle Dupont lui demande des comptes sur l’efficacité du vaccin