in ,

Sarkozy passe devant tout le monde dans son bureau de vote au premier tour de la primaire, Juppé et Fillon font longuement la queue

POLITIQUE – Dès l’ouverture du scrutin ce dimanche 20 novembre, il y avait foule dans les 10.000 bureaux de vote de la primaire de la droite. C’était particulièrement le cas dans les lieux où les candidats devaient venir voter. Et dans ce cas-là, les postulants ont eu deux attitudes: ceux qui ont fait la queue et d’autres qui ont grillé la politesse à toutes les personnes présentes depuis de longues minutes.

Ainsi Nicolas Sarkozy, venu avec son épouse Carla Bruni, a remonté toute la file d’attente dès qu’il est arrivé dans une école primaire du 16e arrondissement de Paris. Il n’a pas attendu pour donner ses deux euros, récupérer son enveloppe et mettre le bulletin dans l’urne.

Tout le contraire d’Alain Juppé. Le favori des sondages s’est glissé dans la file d’attente aux milieux des Bordelais avec son épouse, comme le montre ce journaliste d’iTélé. « La participation est forte », s’est félicité le maire de Bordeaux. Durant la campagne, il n’a cessé de rappeler que plus il y aurait de votants, plus il aurait de chances de l’emporter.

https://twitter.com/antoineesteve/status/800288132323299328?ref_src=twsrc%5Etfw

Même chose à Evreux pour Bruno Le Maire. Le candidat du renouveau a attendu 45 minutes dehors avant de glisser son bulletin dans l’urne. « C’est la même chose partout. La droite réussit son pari de la primaire. Je suis heureusement surpris », dit le député de l’Eure à propos de cette participation massive. On l’a remarqué aussi à Meaux où Jean-François Copé a voté après avoir attendu une demi-heure.

Un peu plus matinal, François Fillon n’avait pas eu une fille aussi longue. Mais l’ancien premier ministre a tout de même dû patienter sagement plus d’une dizaine de minutes avant d’entrer dans l’isoloir et de voter.