in

Trump traite Macron d’«emmerdeur» devant des ambassadeurs de l’ONU

Donald Trump est rancunier et il le fait savoir. Vexé d’avoir été moqué par Emmanuel Macron et d’autres dirigeants, le président américain a traité son homologue français d’«emmerdeur», lors d’une réunion diplomatique. Et ça a fuité…

Piqué au vif par la diffusion d’une vidéo montrant, entre autres dirigeants, le président français le raillant lors du sommet des 70 ans de l’OTAN, Donald Trump aurait qualifié Emmanuel Macron d’«emmerdeur» devant une douzaine d’ambassadeurs de l’ONU.

C’est le site américain The Daily Beast qui a rapporté cette information le 11 décembre. Selon ce média en ligne qui cite trois sources, c’est lors d’une réunion avec plus d’une douzaine d’ambassadeurs des Nations unies que Donald Trump aurait traité son homologue français de «pain in the ass».

Une expression que l’on peut plus ou moins traduire par «emmerdeur» ou «casse-couilles». L’injure pouvant être traduite littéralement, par «douleur au derrière». Reste que la sortie a embarrassé les ambassadeurs et «perturbé» la réunion qui portait «sur la coopération en matière de sécurité».

Mais le président américain tenait visiblement à régler ses comptes personnels. Il aurait aussi qualifié le président français de «petit», considérant qu’il ne l’avait pas assez soutenu lors des récentes négociations avec l’Iran. Dans le viseur de Donald Trump également : le Premier ministre canadien, Justin Trudeau. Lors de cette même réunion, ce dernier aurait également été la cible de propos peu amènes de la part du président américain, pour la même raison mais The Daily Beast n’en a pas révélé la teneur.

Ceci étant, le 4 décembre, Donald Trump avait déjà déclaré à propos de Trudeau : «Il est hypocrite. C’est un type bien… mais c’est comme ça.»

Les dirigeants français, britannique, canadien et néerlandais ont en effet été surpris par les caméras alors qu’ils discutaient du président américain lors de la réception donnée à Buckingham Palace, le 3 décembre au soir. Sur les images, Emmanuel Macron, Boris Johnson, Justin Trudeau et Mark Rutte discutent vivement avec la princesse Anne, manifestement amusés.

Comments

0 comments

20 ans après le film culte une version féminine du «Fight Club» se prépare.

Jean-Paul Delevoye a oublié de mentionner deux autres fonctions « bénévoles »