objet interstellaire
in

Un deuxième objet interstellaire bizarre entre dans notre système solaire

Après Oumuamua, un deuxième visiteur interstellaire devrait entrer dans le système solaire.

En 2017, un objet interstellaire est entré notre système solaire. L’astéroïde en forme de cigare, nommé «Oumuamua», avec des traits si étranges que certains observateurs ont supposé qu’il pourrait s’agir d’un vaisseau spatial extraterrestre; la plupart des astronomes, cependant, se sont concentrés sur la courte période de son passage pour faire autant d’observations que possible.

objet interstellaire
Oumuamua

Un autre objet interstellaire bizarre entre dans notre système solaire ?

L’objet, auparavant baptisé « gb00234 », a été repéré pour la première fois par un astronome ukrainien Gennady Borisov, le 30 août dernier. Celui-ci a soumis ses observation au MPC, qui a confirmé la nature cométaire de l’objet et noté qu’il pourrait avoir une origine interstellaire. « En l’absence d’une décoloration ou d’une désintégration inattendue, cet objet devrait être observable pendant au moins un an », écrit le Centre des planètes mineures.

Comme son prédécesseur, Oumuamua, le nouveau visiteur interstellaire est issu d’un autre système planétaire et traverse la galaxie à une vitesse incroyable (30 kilomètres par seconde).

Il existe cependant des différences entre les objets. Alors que ‘Oumuamua est un astéroïde, le C / 2019, large de 10 km, semble avoir une queue de gaz indiquant une comète. Cela signifie que sa composition et ses origines peuvent être étudiées plus en détail. De plus, et peut-être plus important encore, le C / 2019 est six fois plus lumineux et restera disponible pour l’observation beaucoup plus longtemps.

Olivier Hainaut, astronome à l’European Southern Observatory, a déclaré que les scientifiques étaient si enthousiastes à l’idée de cette découverte que beaucoup ont abandonné tous les autres projets pour se concentrer sur cet objet interstellaire bizarre.

Lire aussi :

Ces scientifiques croient désormais que les trous noirs pourraient être des portails vers d’autres galaxies