Un drone de l’armée française abattu par un ado avec un lance-pierres au Burkina Faso – vidéo

Un adolescent est devenu un véritable héros au Burkina Faso après avoir abattu avec son lance-pierre un drone français qui survolait des manifestants. Ces derniers avaient barré la route à un convoi de l’armée française pour exiger son départ et protester contre la violence et l’insécurité dans le pays.

Un drone de l’armée française qui survolait des manifestants au Burkina Faso a été abattu le 20 novembre par un garçon de 13 ans avec un simple lance-pierres. L’appareil, qui surveillait la foule rassemblée depuis la veille pour empêcher le passage d’un convoi de l’armée, a été détruit par celle-ci, tandis que l’adolescent est désormais surnommé « le sniper n°1 » du Burkina Faso.

Le convoi logistique, venant de Côte d’Ivoire et à destination du Niger, a été arrêté le 18 novembre face à la pression de milliers de manifestants s’opposant à son passage.

Plus de 50 morts

La dernière attaque, perpétrée contre le détachement de gendarmerie d’Inata le 14 novembre, a fait, selon un dernier bilan, 49 tués parmi les gendarmes et quatre autres parmi les civils. Puis des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes pour réclamer le départ du Président Roch Kaboré, élu à la tête du pays en 2015 et réélu en 2020, et critiquer la présence militaire française sur le terrain.

Pour le journal burkinabé Le Pays, cette attaque meurtrière est « la goutte d’eau qui semble avoir fait déborder le vase ».

Interrogé par Jeune Afrique une semaine plus tard, Roch Kaboré a évoqué son indignation et annoncé l’ouverture d’une enquête et promis, en cas de besoin, des poursuites, admettant être « conscient » que « la situation est très difficile ».

Le pays vit une montée des violences djihadistes. Plusieurs milliers de personnes avaient manifesté fin juin dans les régions du Nord et du Centre-Nord, contre « l’insécurité grandissante », appelant les autorités à prendre des mesures appropriées.

Le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières de groupes djihadistes qui ont fait environ 1.500 morts et contraint plus d’un million de personnes à fuir leurs foyers dans les zones de violences.

source:https://fr.sputniknews.com/

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

[VIDEO] Ce jeune normalien anéantit le pass sanitaire face à une élue LREM et 3 journalistes

Consolidation de tyrannie vaccinale : la dose de rappel devient obligatoire pour les plus de 18 ans