Accueil Santé Un maire envoie la police municipale chercher des volontaires à la vaccination...

Un maire envoie la police municipale chercher des volontaires à la vaccination sur les terrasses des cafés

La vaccination semble connaître une phase de ralentissement. Pour y remédier, le maire de Crest Hervé Mariton, défenseur convaincu du vaccin contre le Covid, a eu l’idée d’envoyer ses policiers municipaux sur les terrasses de cafés, pour proposer les doses restantes aux éventuels volontaires.

« L’autre jour, il restait deux vaccins. Plutôt que de les gaspiller, on a envoyé les agents de la police municipale autour de notre centre de vaccination », raconte avec amusement Hervé Mariton. Il se trouve que l’un des endroits où, en fin de journée, on trouve le plus de monde est justement une terrasse de bar… très fréquentée à Crest.

Pas d’obligation, pas de vaccination forcée. Simplement de la « retape » comme le dit et l’assume le premier édile de la ville. « Ils l’ont juste dit à la serveuse, qui, elle-même, l’a répété aux clients. Parfois, ils l’annoncent tout simplement à la cantonade et voilà. C’est pas plus compliqué que ça. »

[…]

« De toute manière, les gens ne sont pas hors chemin médical. Ils n’arrivent pas dans la voiture des policiers qui leur font une « piquouze » dans l’instant. Les personnes se rendent, soit par le véhicule de la police, soit par leurs propres moyens, au centre de vaccination. Là, ils voient d’abord un médecin et ensuite une infirmière qui procède à la vaccination. Soit, le schéma ordinaire. »

[…]

Sur le fond, le maire de Crest est clairement un supporter de la vaccination. « Les anti-vaccins, ça existe. C’est un vrai souci », commente-t-il.

« Je suis bien conscient que la stratégie optimale, dans l’esprit de certains, consiste à ce que la planète entière soit vaccinée, sauf eux. Sauf que tout le monde ne peut pas raisonner ainsi. Je considère que les gens qui ne se font pas vacciner, sauf circonstance médicale particulière, prennent pour eux, et pour les autres, un risque important. »

Selon le maire, une résistance est bien en train d’apparaître :

« Les gens qui le voulaient se sont fait vacciner. Parfois plus lentement qu’ils ne l’auraient espéré. Et maintenant, on touche en effet à un stock non-négligeable de gens qui ont une hésitation à le faire. »

Lire l’article entier sur france3-regions.francetvinfo.fr