Un tribunal italien ordonne l’analyse des vaccins à ARN messager

Un tribunal italien saisi par un particulier opposé à la vaccination anti-Covid a ordonné l’analyse en laboratoire des vaccins à ARN messager (ARNm), a-t-on appris samedi auprès de l’avocate du plaignant.

Le tribunal de Pesaro, près de Saint-Marin (est), a commis un expert pour identifier le contenu des vaccins anti-Covid à ARN messager Moderna et Pfizer/BioNTech. Ces analyses seront réalisées en septembre, a précisé l’avocate Nicoletta Morante à l’AFP.

Il s’agit selon elle « d’une première en Italie, et peut-être en Europe« .

Le plaignant, qui a déjà contracté la maladie par le passé, est un quinquagénaire exerçant notamment dans l’enseignement, et dont l’activité est soumise en Italie à l’obligation vaccinale. Réfractaire, il est sous le coup de sanctions administratives, selon Me Morante.

Outre qu' »il demande d’établir si vacciner les personnes guéries du Covid satisfait à la bonne administration de la médecine« , il veut savoir quelles protéines sont présentes dans ces vaccins et si ces derniers contiennent des « excipients à usage non humain ou dangereux pour la santé« , selon un résumé de la plainte consulté par l’AFP.

Le traitement à ARN messager permet aux cellules de reproduire des protéines présentes dans le virus – les « antigènes » -, afin d’habituer le système immunitaire à le reconnaître et à le neutraliser.

A l’appui de la plainte au civil présentée à Pesaro, l’avocate a produit l’avis d’un médecin chercheur, présenté comme virologue indépendant, qui estime que les vaccins ARNm ne remplissent pas la fonction de protection pour laquelle ils sont injectés. Ces vaccins, écrit-il dans la plainte, « n’ont pas la conformation fonctionnelle déclarée » et la réponse immunitaire qu’ils engendrent « est inefficace« .

Source

Leave a Reply
  1. Bravo à ce plaignant, très courageux, qui n’hésite pas à remuer la merde … ce que ces voyous craignent, c’est l’initiative personnelle … car elle fait des remous … réagir en mots, en paroles, en actes … et le faire savoir quand c’est possible …

  2. Je suis atteint de paresthésie des membres inférieurs depuis août 2019. Malgré de nombreuses analyses, IRM et autres scanner, on ne trouve pas les raisons de ce trouble handicapant. J’ai rencontré dans mon petit village un homme de mon âge – 75 ans – atteint du même trouble et qui a été vacciné en même temps que moi quelques mois avant l’apparition des troubles. il a fait le même parcours de recherche médicale, sans succès.
    Si deux sujets se rencontrent dans un petit village avec le même handicap inexpliqué, il y en a peut être des dizaines dans le village et des dizaines de milliers en France.
    J’ai fait un signalement mais rien ne bouge car si des cas de paresthésies sont apparus suite au vaccin, c’était paraît-il toujours dans les semaines qui suivaient l’injection et non plusieurs mois après. cependant si les victimes ne font pas le rapprochement avec la vaccination !!!!!

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les théories complotistes se confirmant, Facebook veut un allègement de la politique anti « fake news » sur le Covid

La Chine annonce un exercice militaire au large de Taïwan avant une possible visite de Nancy Pelosi