in

Une cellule pouvant s’attaquer à tous les cancers a été découverte !

Cette cellule T, ou lymphocyte T, pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements. Il faut cependant réaliser d’abord des tests sur l’être humain.

Cette découverte, si elle fait ses preuves après des tests sur l’être humain, pourrait ouvrir la voie à un traitement universel contre le cancer. À la recherche de cellules immunitaires pour combattre des bactéries, des chercheurs de l’université de Cardiff, au Pays de Galles, ont trouvé un nouveau type de cellule T qui pourrait servir dans les immunothérapies contre toutes sortes de cancers.

Leur étude, publiée lundi 20 janvier dans la revue Nature Immunology, montre que cette cellule, un lymphocyte T, pourrait s’attaquer aux cellules cancéreuses tout en ignorant les cellules saines.

La particularité de ce lymphocyte est qu’il porte un récepteur jusqu’ici jamais vu, capable de tuer, d’après des études réalisées en laboratoire, des cellules issues de cancers des poumons, du sein, du colon, de la prostate ou encore des reins, pour n’en citer que quelques-uns.

“Ce fut une découverte fortuite, personne ne savait que cette cellule existait”, s’étonne l’auteur principal de l’étude, Andrew Stewell, contacté par The Telegraph. “Notre découverte ouvre la perspective d’un traitement contre le cancer ‘unique’, un seul type de lymphocyte T capable de détruire de nombreux types de cancers dans la population. Jusqu’ici, personne ne pensait que cela était possible”, avance-t-il.

Efficacité prouvée des immunothérapies

Les lymphocytes T sont déjà à l’œuvre dans les immunothérapies, une forme de traitement contre le cancer de plus en plus utilisé qui a déjà prouvé son efficacité mais qui ne fonctionne que sur certains types de cellules et généralement pas sur les tumeurs très agressives.

Le principe de l’immunothérapie est simple sur le papier. Les cellules cancéreuses se multiplient sur la base d’une dérégulation du système immunitaire. Les lymphocytes, les cellules qui protègent le corps des infections, ne reconnaissent pas la dangerosité des cellules malades. Elles les laissent alors évoluer.

Avec les immunothérapies, on peut injecter un anticorps qui vient s’attacher aux lymphocytes et leur permet d’identifier à nouveau les cellules cancéreuses comme étant malades et devant être attaquées.

Mais au lieu d’injecter des anticorps, on peut aussi prélever les lymphocytes dans le sang pour les manipuler directement, de sorte qu’elles deviennent de bons combattants pour s’attaquer aux cellules malades.

En d’autres termes, ils sont modifiés en laboratoire pour reconnaître ces cellules cancéreuses. On les fait se multiplier avant de les réinjecter dans le sang. Elles tuent alors les cellules malades. Voilà pour le principe des immunothérapies.

C’est cette deuxième forme de manipulation du système immunitaire qui serait employée si l’efficacité de cette nouvelle cellule s’avère réelle. Le sang d’un patient serait prélevé, ses cellules T extraites puis modifiées génétiquement pour exprimer le récepteur adéquat, avant d’être multipliées puis réintroduites dans le corps.

Pour l’instant, les chercheurs ont uniquement effectué leurs tests sur des souris et sur des cellules en laboratoire. Ils ont par exemple constaté que cette cellule, issue d’un patient avec un cancer de la peau, quand elle était modifiée pour exprimer le nouveau récepteur, détruisait non seulement les cellules cancéreuses de ce patient, mais aussi les cellules d’autres patients en laboratoire.

Attente de tests sur l’être humain

Avant de crier victoire, il faudra donc en passer par des tests sur des patients humains, ce que les chercheurs espèrent réaliser d’ici la fin de l’année.

En attendant, les spécialistes se montrent enthousiastes même s’ils attendent évidemment que les recherches soient effectuées à un stade plus avancé. “Si cette nouvelle découverte significative tient la route, elle jettera les bases d’une médecine universelle des lymphocytes T (…) C’est vraiment excitant et potentiellement un grand pas vers l’accessibilité des immunothérapies contre le cancer”, affirme auprès de The Independent Awan Gallimore, responsable de l’immunologie au sein du Centre de recherche contre le cancer du Pays de Galles, qui n’a pas participé à l’étude.

“Pour le moment, il s’agit d’une recherche élémentaire, loin d’une réelle médication pour les patients”, tempère pour la BBC Daniel Davis, professeur en immunologie à l’université de Manchester. “Mais il ne fait aucun doute que c’est une découverte très excitante, à la fois en termes d’avancée dans nos connaissances de base sur le système immunitaire, mais aussi, à l’avenir, pour la possibilité de nouveaux médicaments”.

Source