Une femme de 22 ans choisit de quitter son travail pour adopter un mode de vie traditionnel inspiré des années 1940

Aria Lewis, voue une passion aux années 1940 depuis l’âge de 15 ans, ayant grandi au sein d’une famille plutôt « vintage » en Caroline du Nord.

Aujourd’hui âgée de 22 ans, Mme Lewis a adopté le rôle de « tradwife » (épouse traditionnelle), une tendance de style de vie néo-rétro adoptée par certaines jeunes femmes nouvellement mariées conservatrices et qui a trouvé un écho sur les réseaux sociaux. Elle et son mari, Andrew Lewis, 28 ans, embrassent ce choix de vie en vivant ensemble sur une ferme qu’ils ont acquise dans le Missouri.

En tant qu’enfant, j’ai été élevée avec des films en noir et blanc », a-t-elle déclaré à The Epoch Times. « Papa aime vraiment le jazz. C’était quelque chose de normal dans ma vie. J’ai lu tellement de livres de fiction historique sur les années 40. »

L’arrière-grand-père de Mme Lewis, décédé en 2017, a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a probablement renforcé son lien particulièrement fort avec cette époque.

« J’ai commencé à écouter davantage de musique et à m’habiller vraiment de manière vintage », a-t-elle ajouté. « C’était juste une façon vraiment amusante d’expérimenter un style de vie différent. »

« En grandissant, j’ai incorporé des articles plus modernes dans ma garde-robe », a-t-elle déclaré. Bien que son style restât excentrique. « Je n’ai jamais ressenti le besoin de m’intégrer. »

« J’apprécie les vêtements plus anciens et des choses de ce genre », a-t-elle ajouté.

Maintenant mariée, ayant quitté le nid et le lycée derrière elle, Mme Lewis a embrassé son penchant pour les objets de l’ère vintage et a franchi une étape supplémentaire en le vivant.

Mme Lewis a rencontré M. Lewis en mai 2019. Elle se remémore leur première rencontre. C’était très traditionnel.

« Nous avions un peu des amis en commun », a déclaré Mme Lewis. « Mon grand-père avait des amis dans l’église que fréquentait mon mari à l’époque. »

M. Lewis a parlé avec son père, de manière traditionnelle, et a conduit pendant 12 ou 13 heures pour la rencontrer, un véritable acte de chevalerie.

Leur première rencontre a eu lieu en juin 2019. Une semaine plus tard, ils étaient en couple.

« Nous sommes ensemble depuis », a-t-elle dit.

Ils se sont mariés en juin 2020, et Mme Lewis est devenue Mme Lewis. Le couple a même réservé son premier baiser pour ce jour-là.

Tous deux chrétiens, ils ont choisi de glorifier Dieu dans la façon dont ils manifestaient leur mariage, menant tous deux une vie biblique.

« J’ai quitté mon travail de photographe », a-t-elle dit. « J’avais l’impression de ne plus avoir besoin d’être aussi professionnelle, moderne et extrêmement accessible aux clients, car je n’avais plus besoin de le faire. »

À la place, elle est retournée à ses racines.

« Ma raison d’être dans la vie est d’honorer et de glorifier Dieu », a-t-elle dit. « Je ne vois pas beaucoup de cela dans la société moderne.

« J’aime juste les choses historiques, je les ai toujours aimées. Et je m’y sens à l’aise. »

Une chose que les Lewis partageaient était le désir d’avoir une ferme, ce qui a facilité leur décision d’acheter une maison à rénover sur un terrain d’un acre.

Ils étaient mariés depuis quelques années avant de pouvoir acheter une maison, pendant que Mme Lewis travaillait encore comme photographe de mariage. Au moment où Mme Lewis a quitté son emploi, elle avait économisé de l’argent pendant toute une année pour la mise de fonds.

Cela a été vraiment formidable, a-t-elle dit. La vie à la ferme leur a apporté l’autosuffisance. Elle a maintenant un jardin mais espère déménager plus tard sur un terrain plus grand avec de la place pour des poulets.

Le mariage a appris aux Lewis à respecter l’espace de l’autre. Elle adore les années 40, mais M. Lewis peut s’habiller comme il le souhaite.

« Je ne lui ai jamais demandé de s’habiller de manière vintage », a-t-elle dit. « Je veux qu’il porte ce qu’il trouve le plus confortable. Et je porte ce que je trouve le plus confortable. »

Certaines personnes qui suivent le couple sur les réseaux sociaux ont demandé : « Pourquoi ne s’habille-t-il pas aussi de manière vintage ? »

Elle a répondu : « Parce que ce n’est pas ce dans quoi il se sent le plus à l’aise, donc je ne vais pas lui demander de porter ça. »

Vivre le rêve de la femme au foyer traditionnelle Mme Lewis a déclaré que, contrairement à aujourd’hui, dans le passé, les rôles des hommes et des femmes étaient clairs.

« Accepter ce que Dieu a fait de moi en tant que femme, c’est comme embrasser ma féminité », a-t-elle dit. « Les rôles très spécifiques des hommes et des femmes dans les temps anciens, lorsque nos grands-parents ou arrière-grands-parents étaient en vie, étaient définis. »

Elle déplore comment les médias d’aujourd’hui nous disent que nous pouvons être tout sans conséquences. Mais ce n’est pas vrai.

Être femme au foyer en 2023 est moins courant, voire stigmatisé. De nombreuses féministes luttent contre les hommes pour des postes sur le lieu de travail, avec l’intention de briser les plafonds de verre.

Mme Lewis et la tendance « tradwife » défient délibérément la révolution féministe en la renversant.

Source : The Epoch Times,

Traduction : Les Moutons Rebelles

S’abonner
Notification pour
Avatar
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fanantina
fanantina
5 mois il y a

Un cas parmi tant d’autres … des hommes et des femmes qui veulent vivre avec de vrais valeurs, autonomie, sagesse, contact, respect et vie dans la nature, prise de conscience de ce qu’est la vraie vie sur terre, évoluer pour être libre mais libre de ses choix avec esprit critique sur ce que l’on veut nous imposer … et refuser cet esclavage latent, ce matérialisme auquel ils veulent nous soumettre pour mieux nous manipuler, ce n’est pas la majorité, hélas !

Boaz Bismuth, député israélien du Likoud, sur Cnews : « Le plus jeune terroriste à Gaza est âgé de 10 mois »

L’Israélien Patrick Drahi au bord du gouffre avec la multinationale Altice qui regroupe BFM TV, RMC, I24 News, 01.net, Libération…