Une femme tuée à coups de couteau près de Strasbourg par son compagnon – Sa fille témoigne: « Personne n’a voulu nous écouter, nous aider » – VIDEO


Ce matin, le JT de France 2 a diffusé le témoignage de Stella Guitton. Dimanche dernier, sa mère a été assassinée par son beau-père à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin). Elle a été poignardée à plusieurs reprises au coup et au thorax.

« Ma mère m’a appelé pour me dire à l’aide. Qu’il avait caché un couteau. J’ai entendu crier, je suis partie dans ma voiture. J’ai mis 3 minutes de Bichwiller à ici, alors que la gendarmerie se trouve aussi à Bichwiller. On les a appelés avant que je parte, j’ai mis trois minutes à venir, ils ont mis une demi-heure », déclare-t-elle.

Et d’ajouter : « J’ai eu le temps d’escalader le portail, de fracturer la porte pour essayer d’entrer, pour voir ma mère se prendre le dernier coup de couteau dans la carotide. Elle s’est relevée, est venue vers moi et c’était fini ».

En instance de divorce, le couple vivait dans une maison de Oberhoffen-sur-Moder. « Cela fait trois à quatre ans qu’ils sont ensemble. Trois à quatre ans qu’elle est rouée de coups, qu’elle n’a jamais voulu parler, par peur pour elle et pour le défendre », continue-t-elle.

La journaliste de France 2 précise qu’il y a deux mois, la victime avait déposé une main courante, puis avait porté plainte pour des faits de violence. « Personne n’a voulu nous écouter, nous aider. C’est bien beau de porter plainte, mais ça n’aide pas », conclut-elle. L’auteur des faits a été placé en garde à vue.

Il s’agit du 131e féminicide en France cette année, selon un décompte réalisé par la page Facebook Féminicides par compagnons ou ex. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l’Intérieur.

@jeanmarcmorandini


krach boursier

Les investisseurs les plus riches du monde se préparent au krach boursier

L’immigration et l’Islam ont été mis à l’ordre du jour parce qu’il y a les plus graves attaques sur le terrain social qu’ait jamais connu notre pays