guerre civile france

Un nouveau sondage a révélé qu’une majorité de Français soutiennent les sentiments exprimés dans une lettre signée par des généraux de « 2e section » ,avertissant que le pays se dirige vers une « guerre civile » causée par l’échec du multiculturalisme.

Des militaires ont signé la lettre, dont 20 généraux à la retraite, mettant en garde le président Emmanuel Macron contre « plusieurs dangers mortels » qui menacent la France, notamment « l’islamisme et les hordes de la banlieue ».

Les signataires reprochent également au mouvement « antiraciste » de chercher à créer une « guerre raciale » en s’attaquant aux symboles de la cohésion culturelle et de l’identité française, notamment les statues.

La lettre reproche aux « partisans fanatiques » de chercher à créer des divisions au sein des communautés.

« L’heure est grave, la France est en péril », affirme la lettre, qui a été publiée le 21 avril, date du 60e anniversaire du coup d’État manqué.

Les militaires avertissent que le traitement réservé aux « gilets jaunes » illustre la façon dont le gouvernement a utilisé la police « comme agents par procuration et boucs émissaires » pour une oppression brutale.

« On le voit, il n’est plus temps de tergiverser, sinon, demain la guerre civile mettra un terme à ce chaos croissant, et les morts, dont vous porterez la responsabilité, se compteront par milliers.« , conclut la lettre.

Bien que la lettre ait été condamnée par le gouvernement et les médias, un nouveau sondage a révélé qu’une majorité de Français sont d’accord avec son contenu.

Une enquête réalisée par Harris Interactive a révélé que 58 % des personnes interrogées « soutiennent les propos des soldats », rapporte LCI.

Une nette majorité – 84% – affirme que la violence augmente dans la société et 73% pensent que le pays se désintègre. Près des trois quarts pensent que le mouvement « antiraciste » a l’effet inverse et aggrave les relations raciales.

Près de la moitié (49 %) pensent également qu’il faudrait envoyer l’armée pour occuper les zones à problèmes, « qui agirait d’elle-même pour rétablir l’ordre. »

Dix-huit militaires d’active signataires de cette tribune controversée vont passer devant un conseil militaire, a annoncé le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, au Parisien le 29 avril.

Lire aussi : Francis Lalanne : « Je le dis haut et fort : La France a sombré dans la dictature ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici