in

Une nouvelle étude française met en lumière l’inefficacité de la chloroquine contre le coronavirus

Renforçant la polémique autour de l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement contre le Covid-19, une nouvelle étude menée in vivo sur 181 patients par des médecins français et publiée sur le portail Medrxiv.org a fait état de l’inutilité du médicament, ainsi que du développement d’effets néfastes cardiaques et respiratoires.

Après que des effets cardiaques néfastes produits par l’utilisation de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 ont été signalés par l’Agence du médicament (ANSM), une nouvelle étude menée par une trentaine de médecins français a montré l’inefficacité de cette molécule. Les résultats de l’étude ont été publiés sur le site Medrxiv.org.

Les données ont été collectées auprès de quatre hôpitaux français accueillant 181 patients testés positifs au Covid-19, souffrant d’une pneumonie et nécessitant d’être oxygénés. Âgés de 52 à 68 ans, les malades de tous sexes confondus ont été divisés en deux groupes.

Pas d’influence sur la survie

Le premier comptant 84 personnes a pris de l’hydroxychloroquine dans les 48 heures suivant leur admission à l’hôpital (groupe HCQ). Les malades du second groupe (non HCQ) n’ont pas été soignés par ce médicament.

D’après les médecins, 20,2% des patients ayant reçu de l’hydroxychloroquine sont décédés ou ont été transférés en réanimation dans les sept jours suivants, contre 22,1% des malades du second groupe. Comme l’écart entre les deux groupes s’avère minuscule, les chercheurs ont constaté l’absence d’efficacité de ce médicament.

Une hausse des effets indésirables

Au-delà de cette conclusion sur l’inutilité de la molécule pour la survie, le traitement par l’hydroxychloroquine aurait provoqué d’importants problèmes respiratoires et cardiaques: 27,4% des patients ont développé des syndromes de détresse respiratoire aiguë dans les sept jours après la prise de celui-ci, alors que moins de malades du groupe non-HCQ (24,1%) ont été touchés par ces complications. Huit personnes ont également arrêté de prendre de l’hydroxychloroquine en raison de troubles détectés sur leurs électrocardiogrammes.

En outre, les médecins ont noté l’importance majeure de ces résultats obtenus qui «n’encouragent pas l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints d’une pneumonie due au Sars-Cov-2», vue l’inefficacité du médicament. En soulignant qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts, ils ont cependant pointé la nécessité de traiter les résultats avec précaution.

Source

Comments

  1. Cette étude est nulle est non avenue car elle ne correspond pas au protocole mis au point par les Chinois , le professeur Raoult et les Russes qui y ont rajouté une haute dose de zinc pour empêcher le virus de se fixer sur les lobes pulmonaires . D’autre part , elle a toutes les chances d’être entachée d’erreur et d’intention de nuire car celle de l ‘IHU de Marseille avait un groupe témoin bien plus important ( à Nice ) et a porté sur près de 2000 malades dont seuls 0,5 % sont décédés . Il y a fort à parier que ces gentils messieurs sont appointés par des laboratoires désireux de vendre leurs anti-viraux très onéreux et qui , eux , ont une liste démentielle de contre indications et d’effets secondaires mortels .

  2. Ce médicament marche au début de l’infection, mais hélas la France trouve toujours des théories bidons car c’est un médicament qui n’est pas chère et ne leurs rapportera pas assez d’argent. C’est honteux.

  3. Bien d’accord avec JEAN Knyr.
    Le professeur RAOULT n’a jamais dit que la chloroquine était miraculeuse. Elle a utiliser dès la présence des premiers symptômes et en complément d’antibiotique. Le professeur a également déclaré qu’une fois les poumons atteint le chloroquine était inefficace. Et que lit on sur l’article ? L’étude porte sur des patients atteint de pneumonie et nécessitant un respirateur…
    A quel moment un type qui a fait +6 ans d’étude n’est pas capable de suivre une consigne aussi simple que « à utiliser AVANT l’apparition des symptômes respiratoire » ? Ah oui c’est vrai, j’avais oublié que les pots de vin des lobbys pharmaceutique avait tendance à ramener l’intelligence des médecins à celui d’un nourrisson de 6 mois. Et encore, j’insulte les nourrisson en disant ça.

Loading…

0