Sous l’impulsion de la majorité présidentielle, la chambre basse a donné lors d’un vote solennel son feu vert au texte de loi sur la Sécurité globale au grand dam de ses détracteurs qui dénoncent une loi «liberticide».

L’Assemblée nationale a donné le 24 novembre un premier feu vert à la proposition de loi controversée sur la «sécurité globale» qui prévoit notamment de pénaliser la diffusion malveillante des forces de l’ordre, une disposition au centre d’intenses polémiques.

Le texte présenté par la LREM et son allié Agir a été adopté par 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions, et devrait atterrir au Sénat en janvier 2021.

Il fera l’objet, à l’issue de son parcours législatif, d’une saisine du Conseil Constitutionnel comme l’a annoncé le Premier ministre Jean Castex.

Lire aussi : Loi de sécurité globale : le pouvoir profond se prépare à la révolte sociale