in

[Vidéo] Jean-Michel Apathie s’en prend aux médias qui invitent le “délinquant” Eric Zemmour

Invité de “C l’hebdo” (France 5) samedi 5 octobre, l’éditorialiste a dénoncé le fait que les médias “continue[nt] à donner la parole” au polémiste, malgré ses condamnations pour provocation à la haine raciale.

“Comment expliquer que l’on continue à donner la parole à un délinquant ?” Invité sur le plateau de C l’hebdo (France 5), samedi 5 octobre, Jean-Michel Aphatie a fustigé la présence d’Eric Zemmour dans les médias.

« Dans la société, un discours anti-arabe » n’est pas sanctionné

Pour étayer ses propos, l’éditorialiste compare son cas à celui de l’humoriste Dieudonné. « Dieudonné a été condamné pour incitation à la haine raciale.

Depuis, il n’est invité nulle part. Éric Zemmour a été condamné pour incitation à la haine religieuse il y a quinze jours », expose-t-il.

« Dieudonné n’a plus droit à la parole dans la société française, il est obligé de se dissimuler pour louer des salles et donner des spectacles. C’est très bien puisqu’il ne veut que répandre la haine. Eh bien Éric Zemmour, c’est exactement la même chose, sauf qu’Éric Zemmour, on ne l’interdit pas de parole », reproche-t-il avant de s’en prendre aux médias qui font appel à lui.

« Ses employeurs ne le lâchent pas. RTL a fait une sortie en sifflet avec mauvaise foi », dénonce-t-il, en référence au choix de la radio de ne plus employer Zemmour en tant qu’éditorialiste tout en continuant à l’inviter régulièrement à débattre.

« Le Figaro continue, CNews va peut-être le faire… Il y a deux poids, deux mesures dans la société française : un discours antisémite est sanctionné, un discours anti-arabe ne l’est pas », estime-t-il.

placement idéal

Voici le placement idéal pour ceux qui trouvent les marchés actions trop dangereux

La police va enquêter sur le mannequin à l’effigie de Greta Thunberg pendu à Rome