« Olivier Véran c’est quelqu’un qui n’a fait que du syndicalisme depuis qu’il a vingt ans, son ADN c’est de ménager les intérêts de chacun. […]

Je pense simplement qu’il a demandé aux laboratoires d’analyses d’investir dans des machines à test PCR et donc maintenant il leur doit quelque part de rembourser ces machines. […]

Le plus gros groupe de laboratoires d’analyses médicales en France est en train de lever des fonds européens pour devenir encore plus grand. Tout ça n’est pas un hasard, on veut accompagner des gros groupes de laboratoires d’analyses médicales dans leur stratégie d’expension internationale et c’est nous qui allons le payer avec cette crise, avec ces confinements, c’est aussi simple que ça. Ce sont des petits intérêts économiques personnels et Olivier Véran se croit suffisamment fort pour réussir à passer comme ça, je pense qu’on ne doit pas le laisser faire. »

Via