Georges est présent parmi les gilets jaunes depuis le premier jour. Ce retraité, qui voit sa retraite augmenter de 43 centimes par mois, témoigne de son ras-le-bol. « On travaille pour se retrouver pratiquement à la rue, mon fils est obligé de manger aux Restos du cœur, ça me débecte », gronde-t-il.

https://www.dailymotion.com/video/x6xr6bv