Elle sort de son silence.

Discrète depuis l’incarcération de son mari, Christophe Dettinger, le boxeur accusé d’avoir frappé deux gendarmes lors d’une manifestation des « gilets jaunes », Karine Dettinger est revenue sur l’affaire, lundi 4 février, devant la caméra de France 3.

« Si mon mari réagit comme cela, c’est qu’il a vu une injustice devant lui, une femme matraquée au sol », explique-t-elle, après avoir précisé qu’elle ne cautionnait pas son geste. Karine Dettinger révèle également que son mari a voulu être gendarme, un élément versé au dossier par l’avocate du boxeur.

« Il n’a pas tapé l’uniforme, il n’a rien contre la police. Il a voulu être gendarme réserviste » Karine Dettinger à France 3

Ce sont les propos d’Emmanuel Macron qui l’ont poussé à s’exprimer. « C’est humiliant, complètement humiliant. Mon mari a fait des études, il est responsable, il travaille, on paye nos impôts, on est Français, on est des citoyens honnêtes et on nous rabaisse », déplore-t-elle.

Le président de la République avait estimé que son mari n’avait « pas les mots d’un boxeur gitan » dans la vidéo publiée pour expliquer son geste.