Le commissaire européen en charge des vaccins a présenté ce dimanche le futur certificat sanitaire européen, qui sera mis en place à partir du 15 juin prochain.

Validé par ses 27 États membres, le commissaire européen chargé des vaccins Thierry Breton l’a présenté ce dimanche 28 mars sur le plateau du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro. “À partir du moment où nous pourrions être sûrs que chaque Européen qui souhaite se faire vacciner aura un accès équitable au vaccin, il sera bon qu’on puisse avoir un mécanisme, un certificat, qui démontre votre état”, a-t-il déclaré, brandissant des images de ce futur document.

“On y trouvera votre date de naissance, le numéro de votre passeport certifié avec le QR code, si vous avez été vacciné, le type de vaccin que vous avez eu, et si vous avez été porteur de la maladie si vous avez des anticorps ou pas. Et puis pour ceux qui n’auront eu ni vaccin ni maladie et pour lesquels on demandera un test PCR, l’état de votre test PCR”, a énuméré Thierry Breton. Ce certificat, précise-t-il, pourra être téléchargé sur un smartphone ou imprimé en version papier, et sera mis en place à partir du 15 juin 2021.

Un certificat non-obligatoire

Le commissaire européen a rejeté le caractère obligatoire de ce certificat, assurant que son utilisation resterait “volontaire”. “Si vous ne voulez pas avoir de test sanitaire, vous n’en aurez pas”, a-t-il prévenu. Pour ceux qui ne voudraient pas se faire vacciner et n’auraient pas été immunisés, il a indiqué que l’Europe se penchait sur le déploiement massif de tests rapides, dont les résultats – négatifs – seraient nécessaires par exemple pour prendre un avion ou entrer dans un événement.

Aux accusations d’obligation déguisée, notamment pour voyager, Thierry Breton a répondu : “Ceux qui ne voudront pas acquérir de certificat pourront continuer à bénéficier des ouvertures qui seront proposées. S’ils sont obligés d’avoir un état sanitaire pour entrer, ils auront la possibilité de se soumettre à des tests plus rapides.” Dans un document de la Commission européenne sur le certificat vaccinal, on peut toutefois lire que les non-détenteurs d’un certificat “sont plus susceptibles d’être soumis à des mesures telles que la quarantaine par les États membres, si elles sont justifiées par des considérations de santé publique”.

Via : LCI