Wall Street Journal : L’enfer attend l’armée israélienne si elle entre à Gaza

armée israélienne

Le Wall Street Journal américain a rapporté vendredi que « l’enfer attend Israël s’il décide de s’incruster à Gaza par voie terrestre ».

Le journal a rapporté « qu’Ariel Bernstein était un soldat israélien en 2014, lorsqu’Israël a combattu le Hamas dans les rues de Gaza ». Durant cette guerre, selon Bernstein « c’était comme chasser des fantômes ».

Bernstein a poursuivi : « J’ai vécu des journées pleines de peur et d’anxiété, surtout lorsque j’ai vu les combattants du Hamas surgir hors des tunnels vers l’extérieur. »

Le journal souligne que « le Hamas a humilié l’establishment militaire israélien lors de son attaque du 7 octobre, et que les combats dans les villes et les collines pourraient également frustrer les forces d’élite ».

Pour sa part, le colonel à la retraite de l’armée américaine Liam Collins, qui a servi dans les forces spéciales, a déclaré que « le terrain était plus difficile qu’autre chose, car la plupart des armées détestent la guerre terrestre au point que leur doctrine consiste à l’éviter ».

Selon le journal, dans les années qui ont suivi les derniers combats de l’armée israélienne à Gaza, les combattants du Hamas ont développé un réseau de tunnels plus sophistiqué, longtemps connu sous le nom de métro de Gaza, qui pourrait leur donner un plus grand pouvoir.

Une attaque israélienne sur Gaza pourrait nécessiter trois fois plus de forces d’attaque

Les tunnels de Gaza

Les tunnels sous la bande de Gaza, qui mesurent environ 25 milles (40 225 mètres) de longeur et 8 milles (12 872 mètres) de largeur, s’étendent sur une distance de 500 milles, et certains des tunnels sont à plus de 200 pieds sous terre, ils peuvent donc résister aux bombardements d’en haut.

Lire aussi : Démission d’un haut responsable du Département d’Etat américain en raison de la politique de Joe Biden à Gaza

En outre, la plupart des tunnels sont équipés de lumières, de salles de stockage, de fournitures et d’armes, ce qui permet aux combattants du Hamas de rester cachés sous terre pendant des jours, voire des semaines.

À son tour, Brian Michael Jenkins, conseiller principal au Rand Center for Security Research et expert en terrorisme, a affirmé que « la guerre des tunnels et la guerre urbaine sont intrinsèquement difficiles », ajoutant que « les capacités de l’armée moderne se détériorent dans les combats de rue à l’intérieur des villes et que les drones du Hamas jouent un rôle important dans cette attaque soudaine ».

Cette forme de guerre constitue également un terrain idéal pour les tireurs d’élite, qui affirment que les bâtiments fournissent une couverture et induisent en erreur la source du son, ce qui rend difficile leur traque.

Selon le Wall Street Journal américain, même lorsque les villes sont en grande partie vidées de leurs civils, une attaque dans des zones urbaines peut nécessiter trois fois plus de forces que dans des conditions moins dangereuses.

À ce sujet, John Spencer, responsable des études sur la guerre urbaine au Madison Policy Forum, a expliqué que « les attaquants, dans les zones ouvertes, veulent avoir environ 3 soldats pour chaque défenseur, tandis que dans les zones urbaines, le ratio peut atteindre 5 ou même 10 chaque combattant du Hamas. »

Pour rappel, « Israël » a lancé quatre guerres contre le Hamas depuis 2007, mais les soldats israéliens n’ont pas combattu dans la ville de Gaza depuis 2009, mais ont plutôt combattu à la périphérie de la bande. En 2014, la majorité des forces israéliennes n’ont fait que quelques centaines de pas vers Gaza. En 7 semaines, « Israël » a perdu 67 soldats.

S’abonner
Notification pour
Avatar
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rony Brauman

Rony Brauman : « La solution à ce conflit se trouve dans l’arrêt de la colonisation et la restitution des terres palestiniennes aux Palestiniens»

Justin Trudeau

Justin Trudeau, est hué dans une mosquée de Toronto en raison de son soutien à Israël