Yémen : les forces américaines et britanniques ont frappé les Houthis, Moscou dénonce des «objectifs destructeurs»

Des frappes américaines et britanniques visant des villes yéménites ont eu lieu dans la nuit du 12 janvier, impliquant des avions de combat et des missiles Tomahawk.

Quatre frappes aériennes ont été menées sur une base aérienne militaire près de l’aéroport international de Sanaa, la capitale du Yémen. Cinq frappes aériennes ont ciblé les Houthis à l’est de Hodeidah.

Des frappes ont également été menées contre des cibles dans la ville elle-même, située sur la côte de la mer Rouge, à l’ouest du pays, et à la périphérie du port.

L’aéroport de Hodeida a été touché par huit frappes aériennes. La ville de Taiz, dans le centre du Yémen, a été bombardée et deux autres frappes aériennes ont touché un camp militaire à l’est de la ville de Saada, au nord.

Moscou dénonce des «objectifs destructeurs»

La porte-parole de la diplomatie russe a condamné les frappes menées pendant la nuit au Yémen par les Etats-Unis et le Royaume-Uni contre les rebelles Houthis, dénonçant une mesure menant à «l’escalade» et ayant des «objectifs destructeurs».

«Les frappes des Etats-Unis au Yémen sont un nouvel exemple de la déformation par les Anglo-Saxons des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et d’un mépris total du droit international au nom d’une escalade dans la région pour atteindre leurs objectifs destructeurs», a écrit sur Telegram Maria Zakharova.

Source

One Comment

Leave a Reply
  1.  » Le bute du deep state américano-sioniste et de tout leur alliés est de précipiter les Nations Souveraine dans un conflit mondiale pour effacer toutes les données qui apporte la preuve de leur crimes envers les populations depuis X décennie . « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Est-ce que les implants peuvent être utilisés pour les dents du devant ?

Prisca Thevenot

Prisca Thevenot, la nouvelle porte-parole du gouvernement a peine nommée demande la pénalisation de la critique d’Israël