Zelensky : « La troisième guerre mondiale est assurée si les négociations avec la Russie échouent »

Le président Ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dimanche qu’il était « prêt à négocier » avec le président russe Vladimir Poutine, mais que si elles échouaient, cela conduirait à la troisième guerre mondiale.

« Je suis prêt à négocier avec lui. J’étais prêt ces deux dernières années. Et je pense que sans négociations, nous ne pouvons pas mettre fin à cette guerre », a déclaré Zelensky à Fareed Zakaria de CNN.

« Je pense que nous devons utiliser toutes les chances afin d’avoir une possibilité de négocier, une possibilité de parler à Poutine. Mais si ces tentatives échouent, cela signifierait une troisième guerre mondiale. »

« Vous ne pouvez plus inverser cette situation. Vous ne pouvez pas exiger de l’Ukraine qu’elle reconnaisse certains territoires comme destinés à des conflits, et ces compromis sont tout simplement mauvais. »

Les commentaires de Zelensky interviennent alors que la Turquie affirme que Moscou et Kiev sont proches d’un accord sur des points clés – malgré le fait que le Kremlin se tourne vers une « technique plus destructrice » après avoir utilisé les missiles hypersoniques « Kinzhal » au moins deux fois sur des cibles ukrainiennes.

Dans un message vidéo diffusé samedi, Zelensky a appelé à des négociations « sans délai », avertissant que la Russie subirait des pertes « énormes » si elle ne venait pas à la table des négociations.

« Nous avons toujours insisté sur les négociations. Nous avons toujours proposé le dialogue, proposé des solutions pour la paix », a-t-il déclaré. « Et je veux que tout le monde m’entende maintenant, en particulier à Moscou. Il est temps de se rencontrer. Il est temps de parler. Il est temps de restaurer l’intégrité territoriale et la justice pour l’Ukraine. »

Les priorités de l’Ukraine sont : « La fin de la guerre, les garanties de sécurité, la souveraineté, la restauration de l’intégrité territoriale, de vraies garanties pour notre pays, une vraie protection pour notre pays. »

Les priorités de la Russie – énoncées lors d’un appel avec la Turquie la semaine dernière – consistent en deux catégories d’exigences ; l’Ukraine doit rester neutre et ne pas demander à rejoindre l’Otan, un point que Zelensky a déjà concédé. L’Ukraine devrait également se soumettre à un processus de désarmement afin de s’assurer qu’elle ne constitue pas une menace pour la Russie, ainsi qu’à une « dé-nazification » de ses forces armées.

La deuxième catégorie d’exigences russes est celle qui posera le plus de difficultés, selon Ibrahim Kalin, haut conseiller du gouvernement turc, et nécessitera des négociations en face à face entre Poutine et Zelensky.

M. Kalin a été beaucoup moins précis sur ces questions, disant simplement qu’elles concernaient le statut de Donbas, dans l’est de l’Ukraine, dont certaines parties se sont déjà détachées de l’Ukraine et ont souligné leur Russité, et le statut de la Crimée.

Dimanche, Zelensky a déclaré à CNN que si l’Ukraine « était membre de l’OTAN, la guerre n’aurait pas commencé ».

« J’aimerais recevoir des garanties de sécurité pour mon pays, pour mon peuple. Si les membres de l’OTAN sont prêts à nous voir dans l’alliance, alors faites-le immédiatement. Parce que des gens meurent tous les jours », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’il était reconnaissant de l’aide de l’OTAN depuis le début de l’invasion.

Lire aussi :

L’incroyable vidéo du premier missile hypersonique utilisé par la Russie en Ukraine

Source : zerohedge

Traduction : lesmoutonsrebelles