Le chef du comité militaire de l’OTAN, Rob Bauer : « Les civils doivent se préparer à une guerre totale avec la Russie dans les 20 prochaines années »

Rob Bauer

Les civils doivent se préparer à une guerre totale avec la Russie dans les 20 prochaines années C’est ce qu’à déclaré le président du Comité militaire de l’OTAN, Rob Bauer, aux journalistes à l’issue de la réunion des chefs d’état-major des pays membres de l’alliance et de la Suède les 17 et 18 janvier, rapporte The Daily Telegraph 

Un grand nombre de civils devront être mobilisés en cas de déclenchement d’une guerre et les gouvernements devraient mettre en place des systèmes pour gérer le processus. Le vice-amiral Bauer souligne la nécessité d’être mieux préparés sur tous les fronts.

Il aborde ensuite les aspects liés à la mobilisation, faisant référence aux réservistes et à une politique de recrutement obligatoire de citoyens pour le service militaire. Cela signifie que les personnes concernées sont tenues de servir dans les forces armées pour une période déterminée, généralement en temps de guerre.

« Nous devons réaliser que nous ne sommes pas en paix. Et c’est pourquoi nous [les forces de l’OTAN] nous préparons à un conflit avec la Russie. Mais la discussion est bien plus large. C’est aussi la base industrielle et les citoyens qui doivent comprendre qu’ils jouent un rôle. »

Il met aussi en lumière l’importance de disposer d’une base industrielle capable de produire des armes et des munitions rapidement, garantissant ainsi la possibilité de maintenir un conflit si nous devions y participer.

Transcription :

Conférence de presse conjointe par le président du Comité militaire de l’OTAN, l’amiral Rob Bauer, en compagnie du commandant suprême allié en Europe, le général Christopher Cavoli, et du commandant suprême allié adjoint Transformation, le général Chris Badia.

Président du Comité militaire de l’OTAN, l’amiral Rob Bauer

Mesdames et Messieurs,

Le Comité militaire de l’OTAN vient de conclure sa réunion de deux jours.

Les chefs d’état-major de la défense de l’OTAN – avec la Suède, invitée – ont discuté des plans de défense convenus lors du sommet de Vilnius.

Ces plans contiennent des exigences en matière de structure de force, qui définissent le nombre et les types d’équipements et d’organisations dont nous avons besoin, dans toutes les régions et tous les domaines.

Cela s’inscrit directement dans le processus de planification de défense de l’OTAN et façonnera nos forces armées pour les décennies à venir.

Jamais auparavant les plans de défense de l’OTAN et des pays n’ont été aussi étroitement liés.

Les Alliés s’efforcent désormais activement d’optimiser l’exécutabilité de ces nouveaux plans de défense.

Cela signifie que, le cas échéant, nous voulons pouvoir exécuter ces plans avec un minimum de risques.

Il s’agit de préparation.

L’OTAN est plus forte et plus prête qu’elle ne l’a jamais été. Ensemble, nous avons fait d’immenses progrès dans notre défense collective.

Mais nous voulons et devons faire davantage pour dissuader et défendre toute menace potentielle.

Dans quelques minutes, le commandant suprême allié en Europe, le général Chris Cavoli, et le commandant suprême allié adjoint Transformation, le général Chris Badia, expliqueront comment nous y parvenons, maintenant et à l’avenir.

Comme je l’ai dit hier : cela nécessite une approche associant l’ensemble de la société.

Nous avons besoin de plus de résilience sociétale. Plus d’indépendance énergétique, des infrastructures résilientes.

Et dans tous les domaines, mais surtout pour un sujet clé comme la défense aérienne et antimissile intégrée, nous avons besoin d’une approche fondamentalement nouvelle de la coopération public-privé dans l’industrie de la défense.

Mesdames et Messieurs,

Hier, nous avons entendu un exposé du représentant militaire ukrainien auprès de l’OTAN, le général de division Salkutsan, au nom du chef d’état-major de la défense ukrainien, le général Zalushnyy.

Notre bilan est le suivant : des combats intenses se déroulent. Et même si les attaques les plus récentes de la Russie sont dévastatrices, elles ne sont pas efficaces sur le plan militaire.

Dans le même temps, nous constatons des succès militaires substantiels du côté ukrainien.

Même si le monde a pu être trop optimiste en 2023, il est important qu’en 2024 nous ne devenions pas trop pessimistes.

Aujourd’hui, c’est le 694ème (!) jour de ce que la Russie pensait être une guerre de 3 jours.

L’Ukraine s’est imposée en tant que nation souveraine et indépendante en Europe. Ils sont plus proches que jamais de la famille euro-atlantique.

Et ils ont infligé de lourdes pertes à la Russie :

Par exemple, plus de 300 000 victimes russes (tuées et blessées).

Par exemple, des milliers de chars et de véhicules blindés russes ainsi que des centaines d’avions ont été détruits.

Les Ukrainiens ont pu libérer des parties importantes de leur territoire, repoussant les Russes d’environ 50 % de ce qu’ils occupaient au début de la guerre.

Un autre avantage est que les Ukrainiens ont pu mener des frappes en profondeur, détruisant des capacités russes clés.

Le fait que l’Ukraine ait pu, sans véritable marine, repousser la flotte russe de la mer Noire et ouvrir un corridor céréalier constitue un autre gain considérable.

Tous les chefs militaires présents à la table ont affirmé leur ferme volonté d’aider nos frères et sœurs ukrainiens à se défendre.

Ce n’est pas de la charité. Le soutien à l’Ukraine est un investissement direct dans notre propre sécurité.

La seule façon de parvenir à une solution négociée et durable est de renforcer la position ukrainienne sur le champ de bataille.

Mesdames et Messieurs,

Le monde est confronté à une quantité record de violence et de conflits.

À l’approche du sommet de l’OTAN à Washington cette année, l’OTAN recherche activement des moyens de renforcer et d’approfondir ses partenariats avec notre voisinage méridional.

C’est pourquoi aujourd’hui, les chefs d’état-major de la défense de l’OTAN ont tenu une réunion avec leurs homologues du groupe de défense de l’interopérabilité des partenaires, à savoir l’Australie, l’Autriche, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande et la Suisse.

Et une séance dédiée avec les partenaires indo-pacifiques de l’OTAN, à savoir l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée.

Nous avons discuté de la manière dont nous pouvons créer une coopération militaire plus importante et meilleure.

En matière de sécurité, le local n’existe pas.

Toute la sécurité est connectée. Il est donc d’autant plus précieux de discuter face à face avec nos partenaires des développements qui nous concernent tous.

Nous avons des années, parfois des décennies, de coopération sur laquelle bâtir, allant de l’échange d’informations à l’éducation et à la formation militaires jusqu’aux opérations côte à côte dans les missions et opérations de l’OTAN.

La rencontre avec nos partenaires nous rappelle qu’aucun d’entre nous n’est seul face aux défis ou aux menaces. Tant que vous avez des partenaires, vous disposez de meilleures solutions.

Sur ce, je voudrais donner la parole au commandant suprême des forces alliées en Europe.
Général Cavoli, la parole est à vous.

Commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Christopher Cavoli

Bonjour à tous et bonne année. Je suis très heureux d’avoir l’occasion de m’entretenir avec vous un moment dans l’après-midi.

J’aimerais faire le point sur les opérations de l’ACO et les activités de formation à venir.
L’été dernier, les chefs d’État et de gouvernement alliés ont approuvé nos plans régionaux et nous ont donné le feu vert pour poursuivre tous les aspects de la modernisation de notre système de défense collective.

Pour la première fois depuis 30 ans, nous avons la stratégie – dissuasion et défense de la zone euro-atlantique – et nous avons les plans pour rendre l’Alliance apte à répondre aux objectifs de la défense territoriale collective.
Nous sommes maintenant en train de rendre nos plans exécutables. Cela signifie s’assurer que nous disposons des engagements de force, des dispositions de commandement et de contrôle et de l’habilitation dont nos plans ont besoin.

Nous devons également répéter et affiner nos plans grâce à une formation et des exercices rigoureux. Sur cette note, je voudrais annoncer le coup d’envoi de l’exercice Steadfast Defender 2024 qui débutera la semaine prochaine et se poursuivra jusqu’en mai.
L’exercice Steadfast Defender 2024 sera le plus grand exercice de l’OTAN depuis des décennies, avec la participation d’environ 90 000 forces des 31 Alliés et de notre bon partenaire la Suède.

L’Alliance démontrera sa capacité à renforcer la zone euro-atlantique par le biais de mouvements transatlantiques de forces depuis l’Amérique du Nord. Ce renforcement se produira lors d’un scénario de conflit émergent simulé contre un adversaire proche.
Steadfast Defender 2024 sera une démonstration claire de notre unité, de notre force et de notre détermination à nous protéger les uns les autres, nos valeurs et l’ordre international fondé sur des règles.

Enfin, je souhaite faire le point sur la Force de réaction alliée. L’ARF est un élément essentiel de notre nouveau modèle de force qui soutient nos plans. L’ARF est capable de mener à bien un spectre complet de missions et sert de réserve stratégique à déploiement rapide.

À l’automne de l’année dernière, le corps de déploiement rapide de l’OTAN – Italie a été choisi comme quartier général intérimaire de l’ARF.

Ils s’entraînent, s’exercent et répètent actuellement pour se préparer à leur nouveau rôle. Ils sont en passe de recevoir la validation en tant que quartier général intérimaire de l’ARF après l’exercice Steadfast Dissuasion en mai.

Merci encore, j’attends vos questions avec impatience.

Commandant suprême allié adjoint Transformation – Chris Badia

Bonjour Mesdames et Messieurs et merci beaucoup d’être avec nous aujourd’hui,

Pour compléter et souligner ce qui a été dit par l’amiral Bauer et le général Cavoli, je voudrais développer ce contexte du point de vue du Commandement allié Transformation et du rôle que nous jouons dans tout cela.

Et permettez-moi de commencer par dire que ce que vous avez entendu est important.

Alors qu’elle se prépare pour aujourd’hui et ce soir afin de faire face à tous les défis possibles auxquels cette Alliance est ou pourrait être confrontée, aujourd’hui et après-demain. C’est sur cela que mon commandement se concentre au nom de l’ensemble de l’OTAN.

En tant qu’Alliance avec toutes ses nations, nous devons être sûrs d’être plus agiles et plus flexibles et nous le faisons grâce à notre pass transformationnel convenu.

Alors que les combats de demain deviennent plus complexes dans un domaine multi-domaines, nous devons nous assurer que nous sommes dans tous les aspects plus rapides et meilleurs que nos concurrents.

Cela va de pair avec la transformation des nations et il s’agit d’un voyage perpétuel et non d’un événement ponctuel. Notre parcours de transformation de la guerre repousse les limites, forgeant un avantage collectif afin de devenir meilleur chaque jour.

Nous y parvenons par le biais d’opérations intégrées multidomaines, ce qui signifie une guerre transparente sur mer, sur terre et dans les airs. Ce sont les domaines classiques. Mais les deux nouveaux domaines sont le cyber et l’espace. Et j’y arrive dans une seconde, mais nous travaillons désormais dans cinq domaines et nous devons bien comprendre ce que cela signifie. Et c’est en grande partie ce qu’est la transformation.

Dans ce contexte, nous devons bien entendu envisager des structures de commandement flexibles, capables de s’adapter rapidement à des menaces en constante évolution et une interopérabilité inébranlable, ainsi que les systèmes d’action unis dont nous disposons et qui sont nécessaires dès la première minute.

Et une amélioration continue des capacités afin de garder une longueur d’avance. Grâce à cela, nous façonnons une armée forte et plus agile au sein des 31 nations.

Le monde exige encore plus d’agilité et de flexibilité. Les discussions des deux derniers jours ont précisément porté sur cet objectif.

Informés par les derniers concepts stratégiques, nous sommes désormais en mode « planification de défense », sur la manière dont nous allons de l’avant sur toutes ces choses. Nous identifions les capacités dont nous avons besoin individuellement et collectivement, avec rapidité et force. Et les capacités sont le fondement, car sans capacités, nous ne pouvons rien y opposer.

L’essentiel est de savoir comment nous transformer en tout cela – comme nous l’appelons une Alliance multi-domaines, afin de réaliser des opérations multi-domaines.

Et cela fait partie de la nouvelle compréhension car, tout comme avec les militaires du même côté, nous regardons comment le domaine civil tient et comment il y a plus de synergies, afin de devenir meilleur et plus fort.

Mon domaine ne concerne donc pas uniquement les opérations dans plusieurs domaines, mais également les opérations multi-domaines dans leur ensemble. Comment fait-on cela?

Premièrement, nous accordons beaucoup d’importance à l’interaction. Donc une coopération accrue avec les acteurs non militaires. Et juste pour vous donner un exemple ici. Si vous regardez l’espace par exemple. L’espace dispose de nombreuses infrastructures civiles. Et il n’est pas nécessaire de tout dupliquer pour mieux utiliser l’espace et c’est ainsi que se déroule également la transformation.

Comment coopérer avec le monde civil et trouver toutes ces synergies ? Juste à titre d’exemple – la connectivité – la synchronisation des effets militaires et non militaires comme j’ai déjà fait allusion, les effets convergents et enfin, et surtout, toute l’intégration, englobant pleinement le cyber et l’espace comme domaines opérationnels.

La condition préalable à la transformation en Alliance multi-domaines est la transformation numérique. Et cela va sans dire, cela se produit en parallèle. En bref, nous passons d’une force centrée sur la plateforme à une force centrée sur les données.

Nos points forts resteront l’unité et l’interopérabilité avec tout cela.

L’Alliance est toujours plus grande que la somme de ses parties. MDO incarne ce principe, en tirant parti de notre force collective et de notre interopérabilité.

En conclusion, Mesdames et Messieurs, la transformation n’est pas un luxe pour l’OTAN, c’est une nécessité et nous y sommes très bien préparés.

Et une dernière remarque pour vous.

Tout ce que nous faisons est également basé sur une prospective stratégique et l’analyse de prospective stratégique signifie la perspective de ce qui va changer. Et nous venons de le mettre sur notre site Web ACT, car il y a aujourd’hui la nouvelle analyse de prospective stratégique, publiée aujourd’hui. Ainsi, chaque fois que vous voudrez savoir ce que pense l’OTAN et quels pourraient être les défis futurs, vous y trouverez des informations intéressantes.

Merci beaucoup.

Lire aussi : Alexandre Latsa – Défaite de l’Occident : « Les Russes iront jusqu’au bout »

4 Comments

Leave a Reply
  1. Que tous ces « va t’en guerre » aillent se faire voir !!! Bons qu’à dépenser l’argent des contribuables sans leur demander leur avis et sacrifier des populations qui ne cherchent qu’à vivre en paix. S’ils veulent se battre contre la Russie, qu’ils y aillent eux même 🤮

    Une liste des États qui ont été bombardés par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale :

    ▪️Korea et Chine 1950-53 (guerre de Corée).
    ▪️ Guatemala 1954
    ▪️Indonesia (1958)
    ▪️Cuba (1959-1961)
    ▪️Guatemala (1960)
    ▪️Congo (1964)
    ▪️Laos (1964-1973)
    ▪️Vietnam (1961-1973)
    ▪️Cambodia (1969-1970)
    ▪️Guatemala (1967-1969)
    ▪️Granada (1983) – Liban (1983, 1984) (frappant des cibles dans les territoires du Liban et de la Syrie)
    ▪️Libya (1986)
    ▪️Salvador (1980)
    ▪️Nicaragua (1980)
    ▪️Iran (1987)
    ▪️Panama (1989)
    ▪️Iraq (1991) (Guerre du Golfe)
    ▪️Kuwait (1991)
    ▪️Somalia (1993)
    ▪️Bosnia (1994, 1995)
    ▪️Sudan (1998)
    ▪️Afghanistan (1998)
    ▪️Yugoslavia (1999)
    ▪️Yemen (2002)
    ▪️Iraq (1991-2003) (forces conjointes américaines et britanniques)
    ▪️Iraq (2003-2015)
    ▪️Afghanistan (2001-2015)
    ▪️Pakistan (2007-2015)
    ▪️Somalia (2007-2008, 2011)
    ▪️Yemen (2009, 2011)
    ▪️Libya (2011, 2015)
    ▪️Syria (2014-2015)

    Plus de 20 pays figurent sur cette liste. La Chine a exhorté à « ne jamais oublier qui est la véritable menace pour le monde. » Y a-t-il eu des indignations de la part de la communauté occidentale concernant les États-Unis ? Y a-t-il eu de grands cris d’accusation ? Y a-t-il eu au moins une fois des sanctions contre les États-Unis ?
    Tous ces faucons pacifistes hypocrites sont restés assis tranquillement au même endroit alors que les États-Unis, comme un vrai bandit, font vivre des cauchemars à d’autres pays. Aucun cri, aucun soupçon de reproche, aucune lueur d’indignation. Créatures lâches, effrontées et hypocrites ! On devrait cracher au visage hypocrite de chacun et mettre son nez dans cette liste.

    Cette liste devrait être affichée en permanence, 24 heures sur 24, sur tous les canaux

  2. Bla, bla, bla … si ces voyous pensent qu’ils vont gagner contre la Russie ! il leur faut une bonne raclée et ils vont l’avoir … tout à fait d’accord avec Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Netanyahu : « À l’avenir, l’État d’Israël devra contrôler toute la zone, du fleuve à la mer »

Meyer Habib

Meyer Habib : « La population palestinienne est un cancer ! »