La Troisième Guerre mondiale pourrait déjà avoir commencé dans l’ombre

La chef du renseignement  britannique a suscité des réactions cette semaine en avertissant que la Russie coordonne à la fois des cyberattaques et des actes de sabotage physique contre l’Occident. Il existe des preuves pour soutenir ses affirmations—et l’Occident pourrait bien rendre la pareille.

Peu de temps après que le directeur du FBI, Christopher Wray, a averti que la Chine cible les infrastructures américaines, il semble que le monde se fracture à nouveau, et que les blocs hostiles s’engagent dans une guerre secrète.

« Nous sommes de plus en plus préoccupés par les liens croissants entre les services de renseignement russes et des groupes par procuration pour mener des cyberattaques ainsi que des opérations de surveillance physique et de sabotage, » a déclaré Anne Keast-Butler, directrice du Government Communications Headquarters (GCHQ), lors de la conférence CyberUK 2024, sponsorisée par le gouvernement britannique.

« Auparavant, la Russie créait simplement des environnements favorables pour que ces groupes opèrent, mais maintenant elle nourrit et inspire ces acteurs cybernétiques non étatiques, et dans certains cas, coordonne apparemment des attaques contre l’Occident. »

Keast-Butler, dont l’agence est comparable à la National Security Agency (NSA) des États-Unis, a également désigné la Chine, l’Iran et la Corée du Nord comme dangers pour la cybersécurité. Mais nommer des responsables russes comme étant derrière des « attaques physiques » augmente les enjeux.

« Un Britannique de 20 ans a été inculpé pour avoir orchestré un complot d’incendie criminel contre une cible liée à l’Ukraine à Londres au profit de l’État russe, » a rapporté CBS News le mois dernier. Ce n’était pas un incident isolé.

« Rien qu’en avril, une série de saboteurs présumés pro-russes ont été arrêtés à travers le continent, » notait The Economist le 12 mai en décrivant ce qu’il appelait une « guerre de l’ombre » entre l’Est et l’Ouest. « L’Allemagne a arrêté deux citoyens à double nationalité germano-russe, soupçonnés de comploter des attaques contre des installations militaires américaines et d’autres cibles pour le compte du GRU, l’agence de renseignement militaire russe. La Pologne a arrêté un homme qui se préparait à transmettre au GRU des informations sur l’aéroport de Rzeszow, le centre le plus important pour l’aide militaire à l’Ukraine. La Grande-Bretagne a inculpé plusieurs hommes pour une attaque incendiaire antérieure en mars contre une entreprise de logistique ukrainienne à Londres, dont le dépôt en Espagne a également été ciblé. »

Les avertissements de la chef du GCHQ, associés à la réalité sur le terrain, sont en eux-mêmes alarmants. Pire encore, ils surviennent après que le directeur du FBI, Christopher Wray, a lancé des avertissements similaires en avril à propos de la Chine.

Lire aussi : Poutine propose un cessez-feu que les États-Unis rejettent immédiatement au nom de Kiev

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Kristian Carpenter
Kristian Carpenter
1 mois il y a

Qu’ils fassent leur sale guerre en eux ; on les attends le pied ferme ! l’équation réel chez tous ces pignoufs , c’est qu’ils sont loin , très loin de cette réalité qu’ils pensent maîtriser .

Lire aussi

Les derniers articles